"C'est bien joué", 42x29,7cm, feutre,
Bédé: "Bien joué", feutre noir.
precedent suivant


PLANSITE-----SITEMAP----

ANALYSE

Avec cette image nous abordons une autre atteinte portée à la signification. Nous ne sommes plus dans le propos des planches précédentes, qui, par la successivité immédiate des deux termes d'une opposition conceptuelle, cherchait l'extinction du sens. Ici, nous assistons, au contraire, à des modifications infimes du sens. Ce n'est plus tant le découpage stupide et simpliste, quoique nécessaire, du monde en paradigmes contraires qui est en jeu, que la recherche de l'instant critique où le sens commence à bouger.
Il se trouve que quelques expressions de la langue française peuvent, selon le contexte choisi, être comprises de manière différente. Selon le ton de la voix;
C'est bien fait peut ainsi tout autant signifier une punition méritée qu'une admiration mesurée. En cela, nous pouvons dire que ces expressions opèrent un glissement du sens. En général, le contexte (ton de la voix et situation d'énonciation pour la parole ou récit pour l'écrit) suffit à résoudre la polysémie de ces syntagmes atypiques. Mais ici, en l'absence de texte et de réalité, l'image joue le rôle de contexte. Nous en arrivons donc au paradoxe suivant : alors que le texte ancre traditionnellement la polysémie de l'image, c'est l'image qui fixe ici la signification du texte.

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant