Francesco DEL COSSA, L'élagage, 1470,
Francesco DEL COSSA, "L'élagage", 1470, fresque, Palais Schifanoia, Ferrare.


PLANSITE-----SITEMAP-----


Ce détail de la fresque du mois de mars du
palais Schifanoia montre la période de l'élagage. Pour en arriver à ce rendu de l'espace, des volumes et des corps, Francesco del Cossa aurait eu connaissance des œuvres de Cosmè Tura ou des théories de Piero della Francesca. Mais nul n'étant parfait, nous avons un très bel exemple de faux recouvrement en cette image. Le personnage dans l'arbre perché ne pourra jamais couper la branche qu'il a choisie. Non pas tant que son geste soit à jamais figé dans la fresque, mais comment le pourrait-il alors que sa main passe derrière une des branches horizontales de la pergola située loin derrière lui? Certains diront qu'il n'y a là rien de bien génant et qu'il suffirait que ce personnage passe la main devant la branche qui le gêne pour que tout rentre dans l'ordre. Il n'en reste pas moins que nous avons là un monstre de foire, qui, avec son bras de cinq mètres de long, n'avait pas besoin de monter dans cet arbre pour en couper les branches. Cinq mètres ! Comment cela cinq mètres ?
L'homme est perché dans l'arbre planté à droite de la crevasse et sa main en arrière du tronc situé à gauche. Pour évaluer leur écartement, nous devons connaître la position au sol de la base des troncs. Bien que celle de l'arbre placé à droite soit incertaine en raison de l'altération de la fresque, nous voyons que le personnage au bras levé arrive à s'intercaler, jambes écartées, entre ces deux troncs, tout en laissant encore un espace en son avant et son arrière. Pour cela : trois mètres. Enfin, le bras du personnage qui nous intéresse étant plié en deux, et sa main étant placée en avant de son épaule, nous pouvons, pour le moins, doubler cette distance. Ce qui nous fait un bras de plus de six mètres de long.


Tracé 1 opéré sur "L'élagage" fresque de Francesco DEL COSSA, 1470, Palais Schifanoia, Ferrare. Tracé 2 opéré sur "L'élagage" fresque de Francesco DEL COSSA, 1470, Palais Schifanoia, Ferrare.

Mais, nous arrêterons là ce décompte stupide, sachant que ce détail est une simple erreur de recouvrement dans l'échelonnement des plans. Nous avons là une formidable superposition inversée, et il suffirait de renverser la superposition des éléments en conflit (la branche et la main) pour que ce bras absurde de six mètres de long reprenne une taille ordinaire et acceptable. Francesco del Cossa, sans doute bien involontairement, nous offre ainsi une figure impossible du type du Cadenas ouvert (ci-dessous). En cette superposition inversée moderne, l'inversion du recouvrement des barres permet là aussi le retour à un échelonnement cohérent.
 

Figure impossible par superposition inversée : "Cadenas Ouvert".

NOTA BENE
Les curieux pourront encore trouver deux erreurs d'échelonnement en cette fresque. L'une concerne la position de l'échelle qui semble bien éloignée de la branche sur laquelle elle repose. Et l'autre s'applique à ce personnage, qui, bien que représenté dans un profil parfait, tente de couper une branche apparemment située en son avant (détail ci-dessus à droite).

 

 

WEBOGRAPHIE
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Marzo,_francesco_del_cossa,_13.jpg
DEL COSSA Francesco, Allégorie de Mars et Triomphe de Minerve (detail), entre 1476 et 1484, fresque, Palazzo Schifanoia, Ferrare.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL