ROGIER VAN DER WEYDEN, Déposition,
Rogier VAN DER WEYDEN, "Déposition", 1435, huile sur bois.


PLANSITE-----SITEMAP-----

 

Cette Déposition porte bien mal son nom, qui dépose un corps de manière impossible. Si le réalisme des corps et des drapés peut nous laisser pantois d'admiration, leur échelonnement semble plus hasardeux. Ces personnages n'ont pas l'espace requis pour vaquer à leurs occupations bibliques. Ils s'entassent, s'agitent et s'évitent, dans la boîte que le peintre a représentée pour nous proposer cette scène. Ainsi, au lieu d'exprimer l'espace divin et infini des icônes et mosaïques byzantines, le fond d'or se contente de recouvrir les cotés d'un cube scénographique. Nous admirons ainsi l'adresse et le jeu des acteurs qui rejouent pour la millième fois sur l'estrade pentue posée sur le parvis de la cathédrale, le drame théatralisé de la déposition, thème obligé des mystères du Moyen-âge.
Il n'en reste pas moins que la disposition frontale des personnages contredit le trajet oblique et obligé du corps déposé. Ce
Christ qui nous fait face et qui, si ce n'était le léger flêchissement des genoux, semble situé dans un plan parfaitement rectiligne, traverse en fait trois plans successifs. Soutenu par le personnage supérieur, dont l'échelle constitue l'élément le plus lointain de l'image, le coude du Christ se situe plus ou moins au niveau de la croix. Pourtant, son torse se retrouve bien en avant, porté par le personnage aux chausses rouges qui enjambe en oblique le drapé bleu de la Vierge. Enfin, ses jambes sont portées par le personnage au brocart d'or, dont le pied gauche, touchant le bord inférieur du panneau, nous indique qu'il est au plus près de nous. En reliant l'apparente frontalité du Christ avec le sol et les personnages qui le portent, vous obtenez une figure impossible telle que la Tripoutre Image hors-site ou la Quadripoutre Image hors-site.
Mais cette figure impossible nous permet de croire que la mère reproduit le mouvement du fils, tous deux paraissent situés dans un plan commun qui les conduit au crâne d'
Adam. De par sa position médiane, le corps de la femme peut tout aussi bien nous signifier la mort en cette douleur de la mère évanouie que la vie grâce au rachat du péché de l'Ève défunte.

 

WEBOGRAPHIE
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Weyden_Deposition.jpg
VAN DER WEYDEN Rogier, Déposition, circa 1435, huile sur bois, 220x 262 cm., Musée du Prado, Madrid.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL