Antenne, Vincennes, 2007.
Antenne alignée avec une gouttière.
precedent suivant


PLANSITE-----SITEMAP----

 

En parcourant les rues de Vincennes, vous pourriez découvrir des objets étonnants, des objets dignes du concours Lépine. Ainsi, à survoler cette image d'un oeil distrait, une des deux antennes râteau se déploie du sol jusqu'aux cieux, s'appuyant sur la façade pour aller se perdre dans l'azur du ciel. Mais, à y regarder de plus près, nous avons là une simple descente d'eau pluviale, qui, par une fâcheuse coïncidence, se trouve à la verticale du pied de l'antenne fixé sur le sommet du toit que nous ne pouvons apercevoir. C'est ainsi, que par la magie de l'alignement plastique, deux éléments différents, en dépit de leur échelonnement dans l'espace, en arrivent à produire un objet de consommation inédit et parfaitement inutile : le pied télescopique géant d'antenne râteau. Ici, seule la gouttière qui longe la bordure du toit vient un instant interrompre ce trajet. Pourtant, même sa présence ne parvient pas à remettre en question notre croyance. Car le pied de l'antenne pourrait bien procéder à la façon de la descente d'eau qui vient s'immiscer dans la gouttière. C'est ainsi que les urbanistes devraient s'attaquer à la problématique d'une architecture proliférante, faite d'ajouts, d'additions et d'accumulations d'éléments disparates. Nous allons avec cette image de la gouttière-antenne dans la bonne direction : l'objet architectural multifonctionnel.
Mais, les designers pourraient faire de même. À la manière des vêtements 2 ou 3 en 1, bien d'autres éléments du mobilier urbain devraient être combinés afin que le citadin regagne la part d'espace vital que ces objets ne cessent de lui grignoter. Ainsi, le projet de réverbère-antenne, présenté ci-dessous, est une variante intéressante de la gouttière-antenne. Qui plus est, le réverbère, à la différence de la descente d'eau pluviale, se prête à de nombreux autres greffons. Nous pouvons, sans difficulté aucune, lui adjoindre : une poubelle, un feu de circulation, une panneau de signalisation routière, une fontaine d'eau potable, un brumisateur pour temps de canicule, un panneau d'informations de la ville, une caméra de surveillance, une éolienne, un drapeau tricolore le 14 juillet et bien d'autres choses encore. C'est à ce titre et en suivant cette voie que le réverbère parisien pourrait devenir aussi célèbre et indispensable que le couteau suisse.

 

Antenne réverbère

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant