Forum des Halles, Paris, 2007.
Arche extホrieure de l'ancien Forum des halles, 1.
precedent suivant


PLANSITE-----SITEMAP----

 

Même le parisien le plus aguerri pourrait se croire le jouet d'hallucinations en voyant la grande Arche de la Défense au forum des Halles. Mais l'arche que vous avez sous les yeux n'est pas si grande que vous pourriez le croire et n'a pas la taille que vous seriez tenté de lui attribuer. Car nous avons là un simple reflet, qui, grâce aux vitres miroir des bâtiments supérieurs du forum des Halles double la largeur de la demi arche métallique bien réelle quant à elle, qui vient s'appuyer contre le bâtiment vitré.
Pour en arriver à l'illusion d'une arche complète, l'image s'appuie sur un alignement équivoque. Ce dernier est ici facile à comprendre : le reflet de l'arche dans les vitres reproduit à l'identique, et de façon parfaitement symétrique, le trajet de la nervure métallique blanche. Ainsi, l'arche semble poursuivre un trajet continu et logique de l'autre coté du miroir. C'est ainsi qu'un simple alignement plastique en arrive à tromper nos sens.

Vue de loin, l'illusion perd de sa force, puisque le bâtiment est replacé dans son contexte. Avec la photo présentée ci-dessous, nous comprenons bien que ce qui pouvait passer pour être le ciel vu à travers une grille métallique blanche dans la première image, n'est que son reflet. De même, les parties sombres ne peuvent plus être comprises comme une voûte protectrice ouverte à tous les vents, mais se révèlent pour ce qu'elles sont : le simple reflet, il est vrai plus foncé et uniforme, de la résille de métal d'un élément architectural qui évoque plus un arc boutant tourné vers la gauche que la voûte symétrique que nous avions pu, en un premier temps, imaginer.

 

Arche extホrieure de l'ancien Forum des halles, 2.

 

Il n'en reste pas moins que les images obtenues par des reflets, tels que ceux des vitres, vitrines, miroirs et autres surfaces réfléchissantes, relèvent parfois du contact équivoque. Le point commun à toutes ces images est qu'elles bouleversent l'ordre logique et attendu des plans : vous voyez devant vous ce qui se passe à vos cotés ou derrière vous. Ici, vous apercevez au centre une partie de ce qui se trouve à droite et reste en partie caché à votre regard par les montants blancs de l'arche. Mais, tant la gauche que la droite et l'avant que l'arrière rejoignent et poursuivent leur tracé au niveau de la surface vitrée. En cela, l'alignement ambigu ajoute une profondeur illusoire à ce qui, au départ, n'était que le résultat de la confusion des plans due au contact équivoque. L'alignement semble cependant plus prégnant que le contact, en ce que nous percevons avec plus d'acuité l'arche démesurément agrandie que l'inversion des plans dans l'échelonnement de l'espace.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant