Musée Archéologique, Lyon, 2007.
Escalier ambigu de Lyon, 2.
precedent suivant


PLANSITE-----SITEMAP----

 

Méfiez-vous des ombres, elles pourraient bien un jour vous causer une fracture du tibia, du fémur ou, pire encore un traumatisme crânien. Car, à regarder cette ligne noire continue qui descend d'un trait vers l'entrée du musée archéologique de Lyon, vous pourriez croire être en présence d'un plan incliné rayé par une alternance de bandes claires et foncées. Auriez-vous donc emprunté la voie d'accès réservée aux visiteurs handicapés ? Que nenni !
Car avant même de voir plus avant le plan large de la vue présente, trois détails auraient dû vous mettre la puce à l'oreille. Vous auriez pu, regardeur négligent, remarquer les deux décrochements qui font que cette ombre portée ne forme pas un trajet continu sur le supposé plan incliné de l'arrivée au musée. Deux ruptures apparaissent dans l'ombre des montants verticaux. Ruptures, qui, par leur présence, contredisent la rectilignité apparente et effectivement illusoire de l'ombre du montant longitudinal. Quant au troisième détail, il concerne la base du premier poteau. Le disque circulaire qui assure sa fixation semble coupé, ou plutôt en partie masqué, par la bande brune qui le précède. Ce disque repose pourtant sur deux bandes de couleur différente. Ainsi, ceux qui auraient pu imaginer que chaque bande de couleur représente le sommet d'une marche sont, eux-aussi, dans l'erreur.

 

Escalier ambigu de Lyon, 1.

 

En fait chaque dessus de marche est composé d'une bande claire et d'une bande foncée dont la fonction peut tout autant être d'avertir le piéton d'un dénivelé proche qu'il aurait tort de négliger, que de support à une matière antidérapante qui pourrait vous éviter de faire de la luge sur une construction en dents de scie que votre fessier n'apprécierait pas à sa juste valeur.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant