Fenêtre , Prague, 2007.
Prague-Fenetre
precedent suivant


PLANSITE-----SITEMAP----

 

Dans une des rues du vieux Prague aux enseignes de métal de pierre ou de peinture, vous pourriez, par un jour ensoleillé où les doubles-fenètres s'ouvrent enfin après les mois d'hiver, avoir quelque surprise en observant les ombres. Car si la fenêtre centrale porte, comme il se convient, une ombre déformée sur le mur, nous pouvons rester interdit devant celle de gauche. Celle-ci, de manière inattendue et surprenante, semble former avec son ombre un grand rectangle constitué de trois rangées et deux colonnes. Ainsi, en dépit de la base légèrement cassée, nous pourrions croire qu'une enseigne de fer forgé, fixée à la façade, s'élance au-dessus de la rue pour nous inviter à la regarder.
Nous avons donc là un alignement équivoque, en ce que les ombres, perpendiculaires dans la réalité, semblent poursuivre la trajectoire du battant de fenètre. Mais ici, comme nous l'avons déjà pressenti en évoquant une hypothétique enseigne, l'alignement approfondit l'espace de la représentation. Alors que le réel offre à la vue la profondeur d'un battant, la photographie, en associant l'ombre et son objet, semble présenter une profondeur double. Nous avons ainsi quelque chose d'inédit en ce que l'alignement équivoque avait jusqu'ici comme effet d'aplatir la représentation du réel, jusque et y compris lorsqu'il associait des ombres à sa trajectoire.
Nous aurons donc à comprendre la raison pour laquelle certaines ombres en arrivent, sous l'emprise de l'alignement, à approfondir le réel. Mais voyons tout d'abord une autre photo qui va conforter cette nouvelle approche.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant