Photo d'enfant, Maison Rouge, Seine
Maison-Plate
precedent suivant


PLANSITE-----SITEMAP----

 

Qui voudrait ou pourrait habiter dans cette maison ? Il semblerait que seuls ces personnages de dessins animés passés sous un rouleau compresseur, aplatis par une porte claquée à la figure, écrasés par un rocher tombé du ciel, seraient à même de vivre dans cette bâtisse aplatie.
Comment avons-nous donc pu en arriver là ? L'angle du bâtiment a tout simplement suivi la configuration du carrefour. Pour cela, il est devenu aussi obtus que la tête d'un briard de souche habitant ce village seine et marnais. Mais un autre indice, illusoire celui-là, nous incite à amplifier l'amplitude de l'angle, jusqu'à nous amener à imaginer une maison plate, qui, comme dans un dessin d'enfant, pose sur une même horizontale son pignon et sa façade. Le point de vue choisi par le photographe (en réalité sa taille déployée dans la verticalité de l'espace à 1m80 au-dessus du trottoir situé à l'angle opposé de ce carrefour) aligne sur une presque horizontale la base du panneau publicitaire blanc du mur gauche avec le sommet du panneau publicitaire foncé du pignon. Parce qu'elle réunit sur un même tracé deux lignes aux orientations contraires, cette coïncidence nous invite à aplatir la masse du bâtiment. Ainsi, tant la position médiane de cet alignement imaginaire que le rythme monocorde des horizontales en arrivent à tromper notre système visuel. Une seule ligne et le monde devient plat, les volumes sont écrasés et les masses oubliées : attention, nous entrons à
Flatland.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant