Porte de Montreuil, Paris, 2006.
Ombre-de-Montreuil
precedent suivant


PLANSITE-----SITEMAP----

 

Délaissant le Plateau, vous pourriez, descendant vers la banlieue, rencontrer, aux alentours de la Porte de Montreuil, d'autres ombres étranges, qui ne peuvent, en raison de leur localisation géographique, avoir été contaminées par la proximité de l'art contemporain. Mais cette ombre là vous paraîtra bien fade. Pourtant, en dépit du changement de décor, nous retrouvons la même structure. Cette fois le faîte d'un toit (en lieu et place de la corniche de l'immeuble précédent) poursuit son tracé en portant son ombre sur le pignon du bâtiment adjacent, pour venir encore une fois s'achever sur l'entablement des fenêtres de sa façade.


Ombre-de-Montreuil-2

 

Comment expliquer cette répétition ? Quel mathématicien pourra un jour nous démontrer que les ombres de bâtiments adjacents en arrivent au moins une fois par jour, et par temps ensoleillé, à former de grandes diagonales avec les murs qui les jouxtent ? Qui pourra nous expliquer que cela relève des lois normales de la tridimensionnalité du monde, qui échoue parfois à se présenter tel qu'il est, nous laissant croire à une platitude qui contredit l'espace où nous nous trouvons, où nous savons nous trouver, où nous croyons nous trouver et qui en arrive ainsi à nous rendre misérable, misérable de l'incapacité de notre cerveau à nous rendre la réalité telle qu'elle devrait supposemment être.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant