Rue de l'éperon, Paris, 2008.
Rue-Eperon-1
precedent suivant


PLANSITE-----SITEMAP----

 

Avec cette photo aux contrastes trop marqués, vous pourriez croire que le pignon brun lézardé, jouxte le mur blanc en ressaut situé au milieu de l'image, tout au bout de la rue. Car ici, une ombre oblique continue part de la cheminée terminant le mur en ressaut pour venir se porter sur le susdit pignon.
Vous pourriez, mais vous doutez encore car il existe une telle différence de taille entre ces deux bâtiments que l'un serait celui des géants, tandis que l'autre abriterait les nains. Vous doutez et vous avez raison, car nous sommes ici le jouet d'un alignement équivoque, qui veut que deux ombres obliques distinctes et distantes se retrouvent par le jeu d'une coïncidence de point de vue sur un tracé commun.

À regarder la photographie suivante prise à partir d'un point de vue légèrement décalé qui nous libère de l'alignement équivoque, nous percevons enfin la réalité des relations spatiales. L'oblique continue s'étant rompue, nous comprenons que le pignon brun et lézardé se situe à quelques mètres de nous, tandis que le mur en ressaut borne le sommet de l'immeuble qui nous fait face à une centaine de mètres en bout de rue. C'est ainsi qu'un pas de coté suffit à ce que chacun des trois bâtiments en présence reprenne sa taille réelle et sa juste place dans la ville. C'est ainsi qu'il suffit de bien peu de choses pour tomber dans l'illusion, et de bien peu de choses encore pour en sortir.

 

Rue-Eperon-2

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant