Pignon, Paris, 2007.
Echelle-du-pignon-1
precedent suivant


PLANSITE-----SITEMAP----

 

Que peut bien faire ce tortillon métallique sur le pignon d'un immeuble parisien. Nous pourrions presque croire à l'apparition d'écailles sur ce mur, comme si chaque forme recouvrait sa congénère située en-dessous d'elle, nous pourrions imaginer l'extrémité d'un store vénitien sortant du mur, telle la crête dorsale d'un animal préhistorique.
Pourtant, que nous soyons parisiens têtes de chien ou campagnards têtes de lard, nous avons tous déjà vu une de ces échelles primitives constituées d'échelons métalliques enchâssés dans le mur donnant accès au toit de l'immeuble. Ainsi, bien que le plan large présenté ci-dessous montre un objet qui peut encore évoquer un ressort géant à section carrée, le contexte général lève toute équivoque.
 

Echelle-du-pignon-2


Mais, nous avons encore à comprendre le mécanisme plastique qui a pu nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Le gros plan montre que le coté gauche de chaque échelon se situe dans le prolongement du coté droit de l'échelon supérieur. Ainsi deux principes plastiques sont à l'oeuvre. En premier lieu, le contact équivoque de deux échelons différents tend à poser leurs barres latérales, l'une gauche, l'autre droite, à une même distance sur un même plan? En second lieu, ces deux barres latérales obéissent à un alignement équivoque qui veut que leur trajet à la surface de l'image se poursuit de façon rectiligne. Ceci étant posé quel est le principe qui domine. À l'évidence, le contact équivoque prime, puisqu'une contiguïté angulaire des barres latérales donnerait encore l'illusion d'une continuité, et en cela d'un aplatissement de l'espace, sans que nous ne puissions plus invoquer un quelconque alignement. Ce qui se passe d'ailleurs lorsque nous commençons à parcourir du regard l'échelle vers le haut. En modifiant l'angle sous lequel nous voyons les échelons supérieurs, le point de vue fixe que nous avons sur la photographie commence à présenter des échelons désalignés puis décalés.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant