Fumeuse fumée du Marais, Paris,
Traine-de-cheminee
precedent suivant

 


PLANSITE--------SITEMAP----

 

Le vent soufflait et la nuit allait être froide. Sous l'effet du zéphyr d'hiver, la fumée s'échappait, raide et vive, en oblique, tandis que le ciel, dégagé de tous nuages, laissait présager de rudes gelées nocturnes. Pourtant, c'était l'été, et je marchais en bras de chemise dans les rues du marais depuis longtemps asséché.
Car en cette chaude et douce soirée, là où je m'étais arrêté, une illusoire contiguïté posait à une même distance la cheminée de l'immeuble situé au premier plan et le panache d'un avion qui traversait la haute atmosphère parisienne. C'est ainsi, que, contemplant maintenant la surface figée de la photographie, vous pouvez encore avoir le sentiment d'un contact, là où tout n'est qu'écart, séparation et distance.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant