Jim lévite, Côte de granit
Jim-vole-1
precedent suivant


PLANSITE-----SITEMAP----

 

Jim vole ou s'envole. Jim s'élance ou atterrit. Mais, sachant que l'humain ordinaire, ce que n'est pas Jim, ne maîtrise pas l'espace aérien, nous sommes fortement enclin, par un préjugé ancestral, à croire que Jim repose au sol. En cela, nous avons là un contact ordinaire d'un type inhabituel. D'un coté, la contiguïté entre les chaussures du quidam et son rocher n'étant pas assurée, l'incertitude suivante apparaît : contact ou séparation ? Mais, d'un autre coté, cet écart ne concerne plus tant la profondeur de l'espace et l'échelonnement des plans que la hauteur d'un élément par rapport au sol. Ainsi, Jim volant, tel Super Dupont, pose un problème théorique à ce principe plastique de l'ambiguïté des relations spatiales qu'est le contact équivoque. Ce que Jim ignorait.

Jim vole ! Mais pourquoi Jim vole-t-il donc ? Du premier regard, Dupont dirait que Jim semble voler parce qu'il bat des ailes tel un manchot maladroit. Poussant plus avant, Durand remarquerait que l'inclinaison des ses chaussures, qui ne ressemblent pourtant point à des ballerines, ne permet pas de marcher sur un sol ordinaire. Bien ! Mais, cette interprétation sémantique de l'image n'est que l'ultime étape du processus perceptif. Essayons donc de comprendre ce qui a pu, à un niveau plastique supposé antérieur, donner lieu à ce jugement incertain.
 

JimVole2


En premier lieu, l'absence d'ombre portée ne permet pas de préciser la situation spatiale de ce volatile humain. Cette photo montre ainsi l'importance des ombres portées pour localiser les éléments dans une image. À ce sujet voir :
Lévitations du réel. Mais l'essentiel n'est sans doute pas là. Cette deuxième photo, tout aussi dépourvue de mouvement de bras que d'ombre portée, me donne encore un sentiment de lévitation. Je n'ai donc plus qu'une supposition à avancer : l'importance des couleurs. Tout plasticien connaît ces deux règles de l'espace coloré : les couleurs foncées avancent sur un fond clair, tandis que les couleurs claires passent au premier plan lorsqu'elles sont placées sur un arrière-plan foncé. Les blanches tennis de Jim seraient donc à l'origine dune lévitation humaine insensée.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant