Château, Prague, 2007.
Mur-de-Prague
precedent suivant


PLANSITE-----SITEMAP----

 

Ce gros plan sur une muraille en laissera plus d'un dubitatif. Car, à en rester à la problématique du site qui concerne les ambiguïtés de la représentation spatiale, il est en effet presqu'impossible, en l'état actuel des choses de situer ces appareils de pierres et de briques. Au point que, faute d'informations supplémentaires, j'aurais tendance à placer ces trois surfaces à une même distance, formant un mur continu, en dépit des écarts de taille et de matières.
La photo suivante n'apporte guère plus d'informations, si ce n'est qu'un doute commence à s'introduire dans notre croyance en un mur unique et continu. Mais ce mur là est toujours possible. Nombre de constructions étant reprises, remaniées et transformées au cours des siècles, nous pouvons rencontrer ce patchwork de matières et d'appareillages. Qui plus est, une horizontale semble se poursuivre dans la partie inférieure, de part et d'autre d'un supposé pilastre de briques enchâssé.
 

Mur-de-Prague-2

Seule la vue d'ensemble peut donc nous révéler la situation spatiale réelle des différents éléments. Ainsi, en dépit de la platitude apparente de la première image, nous avions là, au premier plan, un bâtiment rectangulaire. Cette tour était étayée à sa gauche par un contrefort en briques, puis, plus loin en arrière, l'appareillage courbé situé à gauche appartenait à une tour circulaire.
Voilà, c'est ainsi que nous avons appris qu'il ne faut pas toujours avoir le nez collé aux choses, puisqu'alors la vue peut s'en trouver perturbée, et que le recul est parfois nécessaire à l'évaluation des distances et des relations spatiales. Toutes choses qu'un bébé de 6 mois doit déjà connaître et qu'il était urgent de faire savoir au plus grand nombre. Mais si ces choses sont connues depuis si longtemps, comment se fait-il que nous ne les appliquions pas plus souvent aux relations humaines ?
 

Mur-de-Prague-3

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant