Cheminée sans fin, Paris, 2007.
Tuyaux-2
precedent suivant


PLANSITE-----SITEMAP----

 

Rue vieille du temple, non loin des galeries qui voient se succéder en cohortes sans fin les amateurs éclairés au gaz à tous les étages d'art contemporain, les artistes de squat urbain (mais pas la campagne ! non pas la campagne), les profs d'arts plastiques qui fonctionnent à temps plein ou à temps vide, les bobos qui se piquent à l'esthétique et tant d'autres catégories, hormis celle du prolétaire qui n'en a que faire, vous pourriez, levant une nouvelle fois les yeux au ciel, croire qu'une cheminée a été prolongée par un conduit afin que ses odeurs et ses fumées ne viennent empuantir l'air parisien de voisins excédés.
Vous seriez pourtant encore une fois le jouet d'une illusion qui hésite entre la contact équivoque et l'alignement du même nom. Car vous déplaçant de quelques mètres, vous sauriez, comme vous pouvez le constater avec la photographie suivante, que ce conduit est bien éloigné de la cheminée qu'il semblait couronner. En fait, nous sommes plus proches du contact équivoque de surfaces que de l'alignement. Car ce conduit blanc aurait bien pu partir en oblique que nous aurions encore été tentés de croire à son rôle de prolongateur d'évacuation des fumées.

Tuyaux-1

Bien ! direz-vous alors, mais des contiguïtés de ce type, nous en avons vu tant et tant que nous sommes rassasiés. Soit ! vous répondrai-je en retour, mais prenez le temps de regarder cette nouvelle image, hommes de peu de foi ! C'est ainsi que la vérité vous sera révélée. Le second conduit blanc, dont vous n'aviez que faire puisqu'il était loin de vous, visiblement fixé au pignon d'un immeuble qu'il se permettait de dépasser pour s'élancer vers le ciel, ce second conduit, par l'effet de votre déplacement inconséquent, s'est transformé en hampe d'un hypothétique drapeau, antenne ayant perdu son râteau, paratonnerre individuel, étendoir monobarre à linge ou tout autre élément, qui semble maintenant conjoint et solidaire du fronton néoclassique de ce chien assis sur le zinc de toiture parisien.
Si les images précédentes montraient qu'un seul et même élément pouvait servir plusieurs ambiguïtés, sous différents points de vue, nous avons maintenant à reconnaître que la diversité de ces mêmes points de vue font qu'une ambiguïté en arrive à chasser l'autre.

NOTA BENE
Vous pourriez voir d'autres déplacements variables et variés, aussi appelés déambulations, donnant lieu à des ambiguïtés spatiales plus évidentes en suivant un des liens suivants :
Déambulation aux trois contacts équivoques
Déambulation aux trois principes plastiques de l'ambigu

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant