Lagune, Venise, 1995.
poteau-a-Venise
precedent suivant


PLANSITE-----SITEMAP----

 

Cet autre contact équivoque diffère du précédent en ce que nous savons cette fois que ce pieu ne peut à la différence du muret de la photo antérieure, porter ce que l'angle de vue choisi par le photographe lui a rendu contigu : le quai tout entier avec ses bâtiments situé de l'autre coté de la lagune. Pourtant, malgré l'évidence du constat, nous ne pouvons nous empêcher de poser l'autre rive en équilibre instable sur le sommet du pieu. Encore une fois, la contiguïté des éléments plastiques semble plus forte que la réalité du monde. L'organisation formelle, aidée sans doute par les lois de la Gestalt, triomphe de la reconnaissance formelle et de tous nos savoirs conceptuels.
 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant