Ciel muré, Paris, été 2011.
Ciel murホ
precedent suivant


PLANSITE-------SITEMAP----

 

Un accident est caché dans cette image. Saurez-vous le trouver ?
Cette photo n'avait pas été prise pour servir de devinette et n'a rien à voir avec un fait divers. C'est en la retravaillant que j'y ai découvert un possible accident, accident dont vous aurez la réponse lorsque j'aurais fini de vous assommer avec ce que j'ai cru voir ce jour là, lorsque j'ai été amené à prendre la photo à cet endroit là pour tenter de la ranger avec les ambiguïtés sémantiques.
Il y avait cette rue qui donnait tout simplement l'impression d'être murée. Une rue ensoleillée, une rue aux pavillons baignés de soleil malgré l'absence de ciel. À suivre le trottoir, je pouvais avoir l'impression d'aller buter contre un rempart de la ville, la paroi d'un barrage, la fin du monde civilisé. Pourtant, cette masse ocre n'est que le pignon aveugle d'un immeuble parisien voyant. À suivre ce trottoir, j'avais l'impression d'aller droit dans le mur.
Et maintenant l'accident.

L'accident concerne la voiture bleue encastrée dans la camionnette blanche. Cela n'est pas réel. Cela n'est qu'une mise en abyme : l'image plane d'une publicité collée sur un véhicule dans l'image plane de la photographie qui contient ce véhicule. Mais, bien que contenus l'un dans l'aute, les véhicules de ces deux images persistent à se rentrer dedans. Alors qu'un oeil distrait ne verrait là qu'une voiture bleue doublant une camionnette blanche, les relations spatiales des deux véhicules sont bien plus complexes que le parallélisme des orientations voulu par la publicité. Bien que l'image de la voiture bleue photographiée de profil soit collée sur le flanc de la camionnette, nous pouvons avoir l'impression qu'elle vient s'encastrer dans le véhicule utilitaire au lieu de suivre une trajectoire que la logique voudrait parallèle.C'est qu'en s'approchant de nous, le fourgon blanc est vu de trois-quart avant, tandis que la voiture bleue, qui sera toujours perçue de coté, semble s'éloigner. Tout serait pour le mieux dans le meilleur des mondes publicitaire si le véhicule utilitaire était toujours vu de coté.
Mais un autre détail ajoute encore à la confusion : la taille des roues de la voiture participe à son orientation déviée. La publicité est collée sur la carrosserie de telle manière que la voiture imprimée utilise la véritable roue arrière de la camionnette. En revanche, la roue avant de la voiture bleue est imprimée sur la publicité. Faute de place, le bas de caisse du fourgon n'atteignant pas le sol, la roue avant est plus petite que la soi-disante roue arrière. Parce qu'elle peut être comprise comme un effet perspectif, cette diminution de taille peut entraîner une perception fuyante de l'avant de la voiture dans le flanc de la camionnette. Les orientations des deux lignes de base des roues n'étant plus parallèles, les deux véhicules suivent des trajectoires convergentes qui font que la voiture bleue vient, sans bruit, encore et toujours, s'encastrer dans le fourgon blanc.

Avec l'accident, nous passons dans le domaine de la superposition équivoque. Chaque fois que la fourgonnette ne sera pas vue de profil, un conflit d'orientations naitra entre sa trajectoire mobile et le point de vue fixe et obligé que nous avons de la voiture imprimée sur sa carrosserie. Ce conflit pouvant en arriver à provoquer d'illusoires accidents, tels qu'il en arrive lorsque le réel rencontre son image.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant