Grilles, Porto-Vecchio, 2009.
Grille-de-Vecchio-1
precedent suivant


PLANSITE-----SITEMAP----

 

Quel est cet improbable damier ? Quelle peut-être la fonction de cette grille noire et blanche qu'un corse insulaire, fier et indompté, a peint dans l'ébrasement à la profondeur cyclopéenne d'une porte qui fût, peut-être, génoise ? Pour lors, je ne saurais répondre à vos visuelles et légitimes interrogations. Un regardeur plus attentif se demanderait encore ce qui peut bien pousser ces cases blanches à s'élargir au fur et à mesure de leur éloignement dans l'épaisseur du mur, contrevenant ainsi aux règles les plus élémentaires de toute perspective bien comprise. Enfin, un connaisseur des illusions d'optique verrait et subirait, quant à lui, une variante de l'illusion de la Grille de Hermann. Car, attachés à nos mouvements oculaires, des disques gris apparaissent puis disparaissent à la croisée des barres verticales et des tracés fuyants situés dans la partie inférieure de cette image.
Et c'est là que nous pourrons trouver une réponse à notre légitime interrogation. La moitié supérieure du damier présente des reflets et dégradés, qui, par leur présence, mettent en valeur l'arrondi de ce qui semble être des barreaux. Les tracés fuyants restent, quant à eux, noirs et mats, laissant penser que nous avons là des bandes peintes à la surface de la paroi. Élargissons le champ de vision, examinons ce détail du réel d'un regard plus ouvert.

 

Grille-de-Vecchio-2

 

Futés que vous êtes ! Vous aviez raison ! Une grille de barreaux verticaux barre l'embrasure donnant accès à une porte, dont l'ébrasement peint en blanc, pour une raison que seul le propriétaire pourrait nous donner, est orné de bandes horizontales noires. Ainsi, ce qui était distinct, éloigné, séparé et désorienté (les barreaux et les bandes), par le jeu d'une vision trop rapprochée, pouvait apparaître comme réuni et solidaire à l'intérieur d'un plan unique fait de platitude.
Avec la dernière photographie, vous serez peut-être à même de ne plus voir le réel, mais, en une image unique, deux de ses llusions. Tandis que la première ouverture évoque la présence d'un damier peint sur l'ébrasement de la porte, la seconde nous laisse imaginer une grille quadrillée qui, bien que tordue et bancale, interdirait l'accés à l'embrasure. Cette image là nous conduit ainsi à réunir en un même ensemble deux plans obliques aux orientations pourtant perpendiculaires.

 

Grille-de-Vecchio-3

 

Du fait qu'ils ont été associés par deux fois en notre esprit à l'intérieur d'un plan commun, nous pourrions penser que ces barreaux, et ces bandes entretiennent un contact ambigu. Ce qui n'est pas faux. Mais, il apparaît qu'en chacune de ces deux occurrences l'orientation d'un seul des plans en présence a été modifiée. Nous avons donc là une superposition équivoque, en ce que les barreaux qui s'éloignent ont pu paraître se situer dans un plan quasi frontal, et que, de la même manière, les bandes qui nous font face ont pu sembler s'éloigner.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant