Rue du roi de Sicile,
Balcon-de-Thorigny-2
precedent suivant


PLANSITE-----SITEMAP----

 

Ce balcon, ou plutôt cette balustrade de fenêtre en fer, qui se répète aux différents étages d'un immeuble situé au coin de la rue du roi de Sicile évoque au premier abord la taille particulière d'une pierre précieuse, dont les quatre cotés biseautés conduiraient à un sommet rectangulaire. Cette balustrade donne ainsi du volume à une façade d'immeuble bien lisse. Pourtant en vous plaçant tout contre le mur et en levant la tête au ciel, vous seriez surpris de ne voir qu'une seule barre. Là, plus de saillants, de pans coupés ou de cotés biseautés : seulement la simple et pure platitude de toute ces barres inscrites à l'intérieur d'un seul et même plan, alors que leur articulation laissait, en vision éloignée, présumer la présence de volumes.
Ce type de balustrade, que vous pouvez encore retrouver aux différents étages du
Centre Culturel Suédois, est à classer dans la catégorie des figures réversibles. Cette forme n'évoque pas tant le Cube de Necker, qui joue de la successivité de vues en plongées et contre-plongées, que d'une autre sous catégorie de ces figures qui oppose le creux au plein. Mais alors que le tracé sur la feuille de papier (voir ci-dessous) met bien en évidence cette opposition de visions successives, la photo nous laisse quant à elle devant une vue pleine qui à la rigueur peut être encore, pour certains, perçue plane.

 

Illusion-du-Diamant

Au moins deux raisons peuvent expliquer l'écart entre le dessin et la photo. La première de type sémantique veut que nous ne puissions imaginer une balustrade rentrante, qui ferait perdre au propriétaire la fonctionnalité avouée d'un élément censé dégager un espace supplémentaire à l'extérieur de son appartement. La seconde de type visuel veut que notre position basse ne donne pas une vue parfaitement symétrique de la figure. En raison de l'éloignement, la hauteur du pan coupé inférieur semble plus importante que celle du pan coupé supérieur. De ce fait, nous sommes amenés à voir une forme saillante. Voilà donc ce qu'il advient d'une figure réversible dans le réel : la tridimensionnalité de la réalité ajoute à notre perception des informations qui ne s'accordent pas toujours à celles de la bidimensionnalité du livre. En cela cette forme réversible sur le papier perd de sa réversibilité dans le réel.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant