Chien et Sphinx, 42x29,7cm, graphite,
Bédé: "Chien-Sphinx".
precedent suivant


PLANSITE-----SITEMAP----

ANALYSE

À la manière de Vaches, cette planche change radicalement la signification des deux vignettes en modifiant un élément plastique mineur. Mais avant d'en arriver là, rappelons que le narrateur est le sujet de l'énonciation en même temps que le sujet de l'énoncé des légendes des vignettes. Ce narrateur est le dessinateur qui se trouve être lui-même votre serviteur. Ainsi, j'affirme tout d'abord avoir dessiné un chien dans la première vignette, et pour cela, je lui adjoins un os. Puis, dans la seconde, j'affirme avoir dessiné un sphinx. Je remplace alors l'os par un touriste venant photographier ce monument.
Mais, à la différence de
Vaches qui ne modifiait en rien la figuration, cette fois des éléments figuratifs ont été remplacés : un touriste prend la place d'un os. Le mécanisme qui permet de modifier la taille apparente d'une figuration (en l'occurrence le chien) est relaté dans tous les manuels d'apprentissage du dessin : c'est le phénomène du contraste d'échelle. Un couple d'images illustrant le concept m'avait marqué. Dans la première vue, un canard occupait la majeure partie d'un cours d'eau, donnant au spectateur le sentiment de contempler un ruisseau. Dans la seconde, le pétrolier qui prenait la place du canard transformait le ruisseau en fleuve immense.
Voilà la réponse à la question habituelle à laquelle les dessinateurs ne savent jamais quoi répondre : "Mais où va-t-il chercher tout ça ?"

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant