CARNET

"2008-2011"

 


PLANSITE-------SITEMAP----

 

LE ROI DE SOI

L’image de soi ne va pas de soi.
L’image de soi ne vient pas de soi.

 

 

L’AISé MOI

L’aisé moi n’aime pas les émois,
et moi je n’aime pas l’aisé moi.

 

 

Laissez-moi les émois,
et lésez-moi l’aisé moi.

 

 

MIRAGE DU MARIAGE

Rapprocher ce qui est éloigné, pour séparer ce qui était proche.

 

 

LA CORRECTION

La moindre des corrections voudrait
que tu corriges ton succès plutôt que tes erreurs.

 

 

NAISSANCE, MARIAGE, DéCèS.

Ils viennent seuls au monde,
se retrouvent en couple à la mairie,
et partent l’un après l’autre au cimetière.

 

 

PARENTS

Le père de Newton faisait du cidre.
La mère de Staline était démocrate.
Le frère du soldat inconnu était quelqu’un de très connu.

 

 

Tu n’existes pas,
tu crois que tu existes parce que les autres te voient.

 

 

Il a été tué par balles, malgré son gilet pare-balles.

 

 

EMPLOI DES TEMPS

Le patron s’intéresse beaucoup aux gens qu’il emploie,
tandis que l’ouvrier se préoccupe des gens qui l’emploient.

 

 

TOUT EST CONSOMMé

Je suis allé à pied au musée des transports.
J’ai peint le musée des Beaux-Arts.
J’ai chanté devant la Cité de la Musique.
J’ai réfléchi à ma vie devant l’école primaire.
J’ai photographié une émission de télévision.
J’ai parlé à mon poste de radio.
Tout est consommé dans la grande surface.

 

 

Les pauvres ne parlent que d’argent,
alors que les riches parlent d’or lorsqu’ils parlent d’argent.

 

 

Comment peut-on faire autant de mal
en ne faisant rien ?

 

 

Passer son temps à récapituler ses capitulations.

 

 

Ils ont de la chance ceux qui ont perdu quelque chose :
ils ont quelque chose à chercher.
Ils ont de la chance ceux qui ont perdu quelqu’un :
ils ont un être à regretter.
Je n’ai rien perdu,
ainsi je peux tout regretter.

 

 

Quand le perdant est perdu, le vainqueur n’est pas vaincu.
Quand le perdant a perdu, le vainqueur a vaincu.

 

 

Quand le perdant est perdu de douleur,
le vainqueur est vaincu de fatigue.

 

 

Le perdant est père dû.

 

 

MéMOIRE VIVE, MéMOIRE MORTE

La mémoire vive de nos P.C.
ne pourra jamais remplacer
la mémoire morte de nos souvenirs.

 

 

Je n’ai plus de famille, je n’ai plus aucune raison de vivre.
Je n’ai plus de famille, je peux enfin vivre.

 

 

PASSAGE DU DERNIER TéMOIN

Personne n’est venu témoigner à mon mariage,
et nul ne viendra témoigner devant ma tombe.
Lors du jugement dernier, je serai seul à témoigner contre moi.

 

 

PERTES ET RUINES

Rien ne pourra compenser ce que tu as dépensé.
Rien ne pourra consoler ceux que tu as désolés.

 

 

A NOUS PARIS (6 octobre - 11 octobre 2008)

“Devenez recruteur de donateurs”

 

 

CHEZ L’OCULISTE

Vous lisez bien dans l’avenir, car vous savez que vous allez mourir.
Mais vous lisez mieux dans le passé, puisque vous savez quand vous êtes nés.

 

 

Année sur année,
tout devient suranné.

 

 

CRéATEUR DE MALHEUR

Un créateur de malheur a créé un monde de malheur,
où des créatures de malheur se créent leur propre malheur.

 

 

Quand la mauvaise vie fait son sale boulot,
la belle vie fait du bon travail.

 

 

La vie des morts-vivants est d’un ennui mortel.

 

 

Le bourreau viendra,
il viendra bientôt,
l’envoyé du saigneur.

 

 

Il y a eu toutes les choses qui furent.
Il y a toutes les choses qui sont.
Il y aura toutes les choses qui ne seront pas.

 

 

Vis chaque instant,
car tu mourras en un instant.

 

 

LYSANXIA

Ne changez pas de vie.
Changez de molécule.

 

 

Comment allez-vous ? Ça va mais ça ne va pas.
Comment allez-vous ? Ça ne va pas mais ça va.

 

 

Coincés entre l’ineffable et l’indicible, ils continuent à parler.

 

 

La femme de mauvaise vie peut bien aimer la bonne chère,
quand l’homme de bonne compagnie apprécie la chair fraîche.

 

 

Il n’a pas connu la gloire, il n’a pas connu la déchéance.
Il n’a pas connu la victoire, il n’a pas connu la défaite.
Ci-gît l’humain méconnu.

 

 

On vieillit avant de mourir,
alors qu’autrefois on mourrait avant de vieillir.

 

 

Il a connu sa nouvelle femme à l’enterrement de son ancienne femme.

 

 

Tu vis de la mère à la mort.

 

 

Ils lévitent pour l’éviter.
Certains lévitent pour éviter la mort.
D’autres lévitent pour éviter la mère.

 

 

Quand je meurs dans le lit de ma mère morte.
Quand je lis lorsque ma mère dort.
Quand ma mère lit lorsque je dors.
Quand je dors dans le lit de ma mère.

 

 

La vie vous dressera,
la vie vous dressera l’un contre l’autre.

 

 

L’un a gagné, l’autre a perdu.
L’un a perdu le gain, l’autre a gagné la perte.

 

 

Tout à coup les lumières se sont éteintes !
Ce n’était pas la mort, mais l’extinction des réverbères à huit heures du matin.

 

 

La vie ne plie pas, la vie ne rompt pas.
La vie n’est pas un chêne, la vie n’est pas un roseau.
La vie te fait plier, la vie te rompt.

 

 

TROIS LAISSES

Il s’est laissé mourir,
comme il s’est laissé vivre.
Il s’est laissé vivre
en se laissant mourir.
Il s’est laissé mourir,
après s’être laissé vivre.

 

 

Le ressac de la mer,
le sérac des montagnes.

 

 

La mauvaise foi devient parfois une profession de foi.

 

 

Les licenciés du club de foot de Poissy
ont tous été licenciés par l’usine Renault de Poissy.

 

 

LE LUTTEUR SOLITAIRE

La lutte de l’art
est d’en arriver au point où la représentation lutte contre elle-même.

 

 

Le monde est une image que nous regardons comme une image.
Le monde est une réalité que nous ne voyons pas comme une réalité.

 

 

Les artistes rédigent des écrits sur l’art,
que les refusés lisent comme des aigris sur l’art.

 

 

CHEZ LES CONS

Les vieux cons ne supportent pas les jeunes cons,
et les jeunes cons détestent les vieux cons.

 

 

LA VIE DE DUPONT

L’avide Dupont a connu
un passage à vide
après un passage avide.

 

 

Nos plus belles années de merde.
Nos meilleurs amis de débine.
Nos gentilles vies de cons.
Nos vraies relations de haine.
Nos pires années de bonheur.

 

 

Le printemps où tout éclôt
succède à l’hiver où tout est clos.

 

 

Parce que j’ai cru que c’était cuit,
je n’ai pas cuit ce qui était cru.
Je croyais donc que tout était cuit,
mais ça bougeait encore.

 

 

Tout partout et rien nulle part
s’entendent comme larrons en foire
pour nous conduire au même endroit.

 

 

BELLEVILLE

La ville est belle,
et la belle est vile.

 

 

On lance des lances et on nage des nages.
On tresse des tresses et on juge des juges.
Mais on vend toujours du vent.

 

 

On tresse sa vie avec des tresses,
pour tresser sa mort en détresse.

 

 

éperdu de haine,
il est perdu par la haine.
éperdu de joie,
il est gagné par la joie.

 

 

Le jour où je comprendrai ce que cela dit,
je comprendrai que cela ne me dit rien.

 

 

LE PORT DE CHARON

Le pilote automatique de votre vie vous conduira à bon port.
Aucun courant, aucune tempête, aucune marée noire
ne pourront l’empêcher d’accomplir son travail.

 

 

Toutes ces avaries subies
qui viennent
de toutes les avanies enfouies.

 

 

J’avais des muscles et un cerveau, je n’ai plus que des os.
Je suis mort et c’est très bien,
Ainsi, je n’ai plus à me dépenser,
Ainsi, je n’ai plus à penser.

 

 

Je croyais dessiner le monde,
et la caissière du Monoprix m’observait pour l’écriture de son futur roman.
Je croyais être en retrait du monde,
mais le serveur du restaurant étudiait mes gestes pour son prochain rôle.
Je croyais être le centre et j’étais la périphérie.

 

 

Vous entrez dans la zone de turbulences des relations humaines.
Veuillez regagner les places qui vous ont été attribuées à la naissance,
et attacher vos ceintures afin de ne pas troubler l’ordre du monde.

 

 

Je deviens allergique à l’alcool :
plus je bois et plus j’ai mal au crâne.

 

 

Freud n’a pas appelé sa fille Anna-Lise.

 

 

Safran souffrant,
Bouddha boudant.

 

 

L’ami du pain est
l’ami de la mie du pain.

 

 

Il faudrait apprendre à s’engueuler sans gueuler.

 

 

Il a bandé pendant un film de guerre,
et maintenant il sort sa mitraillette quand il baise.
Elle a mouillé sa culotte en voyant le lion de la Goldwyn,
c’est ainsi qu’elle rugit quand elle jouit.
Nous avons trop vu de films à l’eau de rose,
mais nous continuons à faire l’amour.

 

 

Je ne suis pas le premier à naître,
et je ne serai pas le premier à mourir.
Je ne suis pas le premier à mentir,
et je ne serai pas le dernier à dire la vérité.
Je ne suis pas le dernier à aimer,
et je ne serai pas le dernier à haïr.

 

 

On apprend le pas de la danse macabre en apprenant à marcher.

 

 

Noyer le poisson,
étouffer l’air,
brûler le feu,
et déterrer la terre,
pour tuer toute parole.

 

 

J’ai parlé et je me suis tu.
Quand j’ai parlé, je n’ai pas été accepté.
Quand je me suis tu, je n’ai pas été entendu.
Je ne parlerai plus et je ne me tairai plus.

 

 

Tu te ris des tueries car déjà tu es.

 

 

Elle aime jouer, elle est joueuse,
et c’est un jeu de massacre.

 

 

Elle inspire mes soupirs et décline mes désirs.

 

 

Mon désir est rare et ton désir est rare,
et mon rare désir n’a pas rencontré ton rare désir.

 

 

J’ai vu la fontaine.
J’ai vu la fontaine couler hors de son lit.
J’ai vu l’eau de la fontaine,
et j’ai vu les flaques sur le lit.

 

 

Un mot pour la faire rire.
Trois doigts pour la faire jouir.

 

 

LE CIRQUE

J’étais sous la tente de ses cheveux noirs
et ma bite était le mât du chapiteau.

 

 

LA DIFFéRENCE DES SEXES

Si tu es gai, ris donc !
Si tu es guérie, donne !

 

 

Elle est catégorique sur le fait
qu’il ne faut jamais généraliser.
Elle généralise toujours
lorsqu’elle est catégorique.

 

 

LES MAUX CROISéS

Nous faisons des maux croisés.
Elle ne m’aime pas comme je le désire,
je ne la désire pas comme elle l’aimerait.

 

 

Donner c’est donner,
il ne faut jamais rien attendre en retour.
Ainsi, il y a ceux qui donnent toujours et ceux qui ne reçoivent jamais.
Heureusement pour ceux qui ne donnent jamais,
ce sont toujours les mêmes.

 

 

Clochard du désir,
tu quémandes une aumône
pour boire à la source de son corps.

 

 

Aveuglé par ses éclairs,
assourdi par son tonnerre,
tu n’entends et ne vois que ton désir,
aveugle et sourd à celle qui te repousse.

 

 

REPOUSSOIRS

La plante, qui a été repoussée,
ne repoussera plus.
L’homme, qui a été repoussé,
repoussera tout.

 

 

La fleur qui te repousse en cette vie,
ne poussera plus dans une autre.

 

 

Parce que tu es ce qui a été tué,
tu seras ce que tu tueras.

 

 

TA DéCHIRURE

Tu voudrais qu’ils soient en papier, afin de pouvoir les déchirer.
Et, quand tu seras toute seule, tu recolleras les morceaux,
pour connaître enfin ta déchirure.

 

 

Madame Je Sais Tout comble Monsieur Je Ne Sais Rien.
Madame Je Fais Tout satisfait Monsieur Je Ne Fais Rien.
Madame Je Ne Sais Rien irrite Monsieur Je Sais Tout.
Madame Je Ne Fais Rien exaspère Monsieur Je Veux Tout.

 

 

COMMENT PEUX-TU NAîTRE ?

Comment peux-tu n’être que l’ombre de toi-même,
alors que tu n’as jamais connu ton soleil.

 

 

D’où te viens cette peur qui te rend si peureux ?
D’où te viens cette peur d’eux qui te rend si peu heureux.

 

 

UNE CHANCE AU RATAGE

Quand je vois les ratés de ma vie,
je me dis que l’on peut réussir au ratage.

 

 

J’aurais pu mourir, il y a cinq minutes.
Je pourrais mourir dans une heure.
J’aurais pu vivre, il y a cinq minutes,
Je pourrais vivre dans une heure.

 

 

à LA MêME HEURE

Un même homme à la même heure
pourra être heureux ou malheureux
selon les molécules qu’il a dans la tête.

 

 

Il faut du désir pour désirer,
et désirer pour avoir du désir.

 

 

Il avait tellement peur du changement,
qu’il ne voulait pas changer d’anxyolitique.

 

 

Je sais quand j’ai fini de le faire,
mais je ne sais pas quand j’ai commencé.
La fin est la mère du début.

 

 

LA GRANDE CONSTRUCTRICE

Tant de morts qui vivent, et tant de vivants qui meurent.
Tant de vies détruites, et tant de morts construites.

 

 

J’ai vu quelque chose briller au fond de l’océan, et c’était moi.
J’ai vu quelque chose pourrir au fond de l’étang, et c’était moi.

 

 

Tous les egos sont égaux
devant l’égoïsme.

 

 

Tu as été saisi, puis tu as été dessaisi.
Tu as été pris, puis tu t’es dépris.
Tu as été, puis tu es.

 

 

BOOMERANG

Le xanax est un palindrome qui calme les angoisses.

 

 

HYèRES LES PALMIERS

Hier j’ai vu les palmiers,
j’ai vu les palmiers d’Hyères.

 

 

ARBRES DES MAURES

Je m’éloigne des eucalyptus et j‘aperçois déjà les cyprès.
Ô, grand conducteur de ma vie ne va pas trop vite,
je voudrais me retourner une dernière fois pour voir les palmiers.

 

 

HIER ENCORE

Chaque matin, pendant des années, tu as pris le train à la gare de Yerres.
Puis, un été, tu es arrivé à la gare d’Hyères.
Et, depuis ce jour, tu n’a plus jamais voulu retourner à la gare de Yerres.

 

 

Je ne connais pas le milieu de l’art,
je connais sa gauche et sa droite,
et j’en connais aussi l’absence.

 

 

Tu ne sais pas écrire plus de trois phrases.
Tu te demandes bien la raison qui fait que tu ne saches pas écrire plus de trois phrases.
Et, même en posant cette question, tu en arrives encore à ne pas savoir écrire plus de trois phrases.

 

 

LES SEIZE I

Je ne saisis pas ce que tu fais.
Je ne saisis pas ce que tu dis.
Je ne saisis pas ce que tu désires.
Tu es insaisissable, et j’en suis saisi d’effroi.

 

 

LA COMPLAINTE DU DéPRIMé

Rien ne me plaît et tout m’affecte.
La vie est courte et les hommes sont laids.
Je ne veux rien qui ne soit pas tout.

 

 

Donnez leur quelqu’un à haïr quand ils n’ont personne à aimer.
Donnez leur quelqu’un à haïr si ils ne savent pas aimer.
Donnez leur quelqu’un à haïr même si ils ont quelqu’un à aimer.

 

 

VA ET VIENT

Il faut que cela sorte, il faut que cela rentre.
Il faut que cela sorte de ma bouche,
il faut que cela rentre dans vos têtes.

 

 

Ils exècrent l’excrétion,
car personne ne peut s’empêcher d’exécrer l’excrément.

 

 

Ils veulent connaître la fin de l’histoire,
alors que leur histoire se terminera avant la fin.

 

 

éPARPILLEMENTS

Tout est réuni pour que tout soit épars.

 

 

L’INDéCENCE EST INDéCENTE

L’indécence est un des cent défauts.
l’un des sens est un des cent obstacles.
L’un des sens est indécent,
qui nous fait entendre ce qui n‘est pas.

 

 

Il se met dans des situations impossibles,
afin de dessiner les figures du même nom.

 

 

Les enjoliveurs enjolivent la vie.
Les embaumeurs embaument la mort.

 

 

L’IMMENSE CITé DU NéANT

Quand vous aurez tout eu et qu’il n’y aura plus rien à avoir,
vous serez devant l’immensité du néant.
Quand vous aurez tout vu et qu’il n’y aura plus rien à voir,
vous verrez l’immensité du néant.

 

 

Mauvais temps, mauvais rève.
Tout est mauvais.
Mauvaise passe, mauvaise vie.
Elle est mauvaise.
Alors la mort est assez bonne
pour venir au mauvais endroit, au mauvais moment.

 

 

Mauvais rêve de bonté.

 

 

Le mauve est la couleur du mauvais. Le mauve est.

 

 

Faire l’amour est bon pour le coeur.

 

 

L’association des asociaux

 

 

TOUT EST VAIN

L’alcoolique sait que tout est vin.

 

 

L’arrosoir est l’accessoire du dérisoire

 

 

L’alcool ! Hic !

 

 

Le lego est hermaphrodite

 

 

Benjamin était l’aîné

 

 

La vache sur la colline regarde l’homme qui passe dans la vallée.
L’homme qui passe dans la vallée a vu la vache sur la colline.
La vallée n’a rien vu,
la colline ne sait rien.

 

 

Rassurez-moi, manquez d’assurance.

 

 

Tout est clair, mais rien n’éclaire.
Tout éclaire, mais rien n’est clair.

 

 

Les gens écoutent la musique douce,
doucement
et la musique forte,
fortement.

 

 

Vous ne finirez pas ce que j’ai commencé,
parce que je n’ai pas recommencé ce que vous avez fini.

 

 

Quand tout le monde était malheureux,
chacun connaissait son malheur.
Quand tout le monde sera heureux,
personne ne connaîtra son bonheur.

 

 

Faut-il continuer à faire des choses qui n’intéressent que moi,
ou commencer à faire des choses qui n’intéressent que tout le monde ?

 

 

Aucun ego n’égale un autre ego.

 

 

CON SOIT TOUT

Ne concède rien,
conçois tout.

 

 

CET éPHéMèRE

C’est éphémère,
cet effet mère.

 

 

Tu as été conçu et tu as conçu.
Maintenant tu conçois ta fin.

 

 

Tu ne peux pas concevoir ta conception.
Tu ne décevras jamais cette déception.

 

 

CONCEPTION DIVINE
CONTRACEPTION HUMAINE

 

 

Quelle est votre conception de la conception ?

 

 

Nuit de l’ascension
quand votre mère meurt
le jour de l’ascension.

 

 

CHAQUE JOUR A DEUX NUITS

Chaque jour a deux nuits.
L’une est du matin et l’autre du soir.

 

 

NUIT TOTALE

S’endormir au crépuscule d’une nuit,
pour se réveiller à l’aube de la suivante.

 

 

LE DERNIER REMPART

Après le dernier rempart,
tu te retrouves seul au monde,
totalement désemparé.

 

 

INCINéRONS

Ainsi, Néron
a fait incinérer
les romains.

 

 

LA DISTANCE DE LA BOUCHE À L’OREILLE

Comment parler avec quelqu’un,
quand la distance de la bouche à l’oreille
est plus grande que celle du téléphone ?

 

 

Quand la lumière luit dans la nuit,
la lumière nuit à la nuit.

 

 

“Détruire dit-elle” : Ceux qui détruisent.
Détruire dit-elle, ceux qui détruisent.

 

 

Pour l’humour, j’ai beaucoup d’amour.
Mais pour l’amour, je n’ai pas beaucoup d’humour.

 

 

Avant de croire en dieu,
essayez de croire en vous.

 

 

Admirables cons,
afin de bénéficier de réductions,
achetez vos skis alpins en été
et vos skis nautiques en hiver.

 

 

Plus ils ont, moins ils sont.

 

 

NI PLUS, NI MOINS

Plus ils sont moins intelligents,
moins ils sont plus intelligents.

 

 

Le corbillard qui transportait mon cercueil
a perdu son G.P.S..
Je suis arrivé en enfer.

 

 

FAIRE DES CONCESSIONS

On commence par faire les concessions automobiles
pour finir avec les concessions funéraires.

 

 

MéCANIQUE DES FLUIDES

Si les femmes avaient un moteur,
les hommes cajoleraient leur femme.

 

 

Les jeunes aiment le bruit et ont peur du silence.
Les vieux se plaignent du bruit et ont peur du silence.

 

 

Les filles de joie sont des femmes de tristesse.

 

 

Ne rien faire,
afin de pouvoir tout regretter.
Ne rien avoir,
afin de pouvoir tout espérer.

 

 

Quand tu es contraint et contre cent,
quand tu es contraint et contre tout,
tu perds à cent contre un.

 

 

Comment peut-on gagner aux jeux d’échec ?

 

 

Se poser seulement les questions dont on connaît les réponses.

 

 

Noyer le poisson pour ne pas mourir.
Noyer le poison pour continuer à vivre.

 

 

SANG POUR SANG

Quand le corps est tout haché,
le corps est tout tâché.

 

 

Rosé noir de ton vagin.
Rose et noir de la vie.

 

 

éVOLUTION

L’être humain copulait dans les cavernes,
afin de pouvoir copuler dans les H.L.M.

 

 

Le sexe délie les langues.

 

 

Ils ne tuent pas les morts,
mais ne font pas vivre les vivants.

 

 

LES TROIS CHOIX

L’étroit choix t’impose de choisir entre
les vivants, les morts et les morts-vivants.

 

 

AU CASINO DE LA VIE

Au baccarat, tu perdras la vue.
Au bridge, tu perdras la mémoire.
Au poker, tu perdras ta santé.
Et à la roulette tu perdras ta vie.

 

 

C’est bien dit !
C’est bien dit pour vous.
C’est bien peint !
C’est bien peint pour vous.
C’est bien joué !
C’est bien joué pour vous.
C’est bien fait !
C’est bien fait pour vous.
C’est mal fait !
C’est bien fait pour vous !

 

 

Terminator finira en déambulator.

 

 

LA CAPTIVE AUX YEUX CLAIRS, 1
Howard Hawks, 1952.

“Ils veulent partir, puis ne pensent plus qu’à revenir.”

 

 

LA CAPTIVE AUX YEUX CLAIRS, 2
Howard Hawks, 1952.

Nous nous sommes cachés dans la grotte derrière la cascade.
Nous étions bien,
maman faisait pipi et papa ne pouvait pas nous voir.

 

 

Tu vis de parcelles de vie,
par celle qui t’a donnée la vie.

 

 

SERRE D’éTERNITé

La sérénité sert d’éternité.

 

 

Un excès de colère n’est jamais excessif,
mais une excessive gentillesse en arrive à excéder.

 

 

é b t
d’hébétude.

 

 

Je vois la lumière et je vois l’ombre,
et je vois qu’il n’y a rien entre les deux.

 

 

Ne rien désirer,
c’est encore désirer.
Ne désire rien,
pas même son absence.

 

 

Je suis dans l’ombre de l’ombre.
Je suis dans la lumière de la lumière.
Je respire l’air de l’air,
et bois l’eau de l’eau.

 

 

Ils ont travaillé pour être ce qu’ils sont
et mourront pour ce qu’ils ont été.

 

 

SANS RéPIT

Sans répit, la mort vous dit :
“Avez-vous envie de voir ce film dont vous connaissez la fin ?”

 

 

Dépenser sa vie,
pour ne pas penser à sa mort.

 

 

La haine évite à l’amour de tomber dans le kitsch.

 

 

DONNER à PENSER.
PENSER à DONNER

 

 

La différence des sexes
fait oublier l’indifférence du sexe.

 

 

D’où vient cet effroi qui t’échaude ?
Le froid m’a réveillé,
le caveau était glacé.

 

 

LE CERVEAU COGNITIVISTE

Mon cerveau qui est une machine
me dit que je suis un être humain.

 

 

Utiliser un paradoxe de la langue
pour marquer l’ambivalence du discours.
Se servir de l’ambivalence du langage
pour trouver un paradoxe de la parole.

 

 

MéTALANGAGE

“Je ne sais pas, je ne sais plus, je ne sais rien.”
Je ne sais pas si je ne sais plus ou si je ne sais rien.

 

 

Il faut éteindre l’eau sur le gaz
puis éteindre les flammes avec l’eau.

 

 

Je suis l’homme invisible,
invisible à moi-même.

 

 

DES RAISONNABLES

Vos raisons ne sont pas déraison
mais toute déraison naît de raison.

 

 

Parlez moins fort.
Jouez moins fort.
Chantez moins fort.
Peignez moins fort.
Écrivez moins fort.

 

 

Les panneaux solaires
font de l’ombre
sur le toit du temple.

 

 

À Palerme,
il y avait une romaine dans le réfrigérateur.

 

 

Un con descendant croit survoler la médiocrité.

 

 

Le con va laissant l’intelligence,
le convalescent de l’intelligence.

 

 

L’AFOLIE

Un cas de rage
chez un rat de cage.

 

 

SUPERMARCHéS
SUPERMACHéS

 

 

Pourvoyeur pour voyeurs,
tu vends des jumelles aux jumeaux
et des poupées gonflables aux poupées Barbie.

 

 

Pour dépasser les 100 b.p.m.,
il a dû surgonfler sa poupée gonflable.

 

 

Un vit alité manque de vitalité.

 

 

Utilisez des sex-toys
pour éviter de faire l’amour à mains nues.

 

 

L’amour fait fi des molécules du savoir.
Le savoir fait fi des molécules de l’amour.

 

 

Quand tu cherches la perle, tu ne regardes pas l’huitre.
Quand tu cherches le diamant, tu ne reconnais pas le charbon.
Quand tu cherches l’amour, tu ne vois pas d’amour.

 

 

JAMAIS RIEN EST ENTRE NOUS

Il n’y a jamais rien eu et il n’y aura jamais rien.
Mais, si il n’y a jamais rien
que se passe-t-il maintenant ?

 

 

Tu es arrivé à une fin, mais pas celle de ta vie.
Alors tu attends cette autre fin, celle de ta vie.

 

 

Le responsable est responsable de ses échecs mais pas de ses succès.
L’irresponsable est responsable de ses succès mais pas de ses échecs.

 

 

Personne n’est venu à la campagne de vaccination
contre la connerie.

 

 

Le responsable était irresponsable :
il donnait des réponses responsables,
dont il répondait de lui-même.

 

 

Je rêvais que je rêvais,
et dans le rêve de mon rêve,
je me demandais si je rêvais.
Je n’ai pas vu le début,
je ne connais pas la fin.

 

 

Les hommes deviennent poussière à la fin de leur vie,
alors que les génies seront poussière à la fin de l’univers.

 

 

Il a affaire à des gens.
Il a à faire des choses.

 

 

Il suffit d’un rien pour que je ne fasse rien.
Il suffit de peu de choses pour que je ne fasse pas grand chose.

 

 

Subir des pressions te déprime.

 

 

Il va tout faire pour ne rien faire.

 

 

LIVRET DE L’IVRESSE

J’ai lu dans le livret de l’ivresse,
qu’il faut séparer l’ivraie de l’ivresse.

 

 

LIVRé à L’IVRESSE

Je me suis livré à l’ivresse
pour être délivré de l’ivraie.

 

 

Depuis que je me suis mis à boire, je déteste les alcooliques.

 

 

Las édît de l’acédie.

 

 

ACéDIE

Tu l’as bien assez dit, l’acédie t’as cédé son dit.

 

 

Lassé de dire l’acédie,
l’acédie de dire l’assez.

 

 

Les tas d’ordures.
Les tas d’or durent.
L’état d’or dure.
L’état d’ordures.

 

 

Quand un état dort dur sur un tas d’or dur,
un autre état dort dur sur son tas d’ordures.

 

 

L’étât du monde est dans tous ses étâts,
quand un état du monde est dans tous ses étâts.

 

 

LES THéS INDIENS

Léthé indien
de l’été indien.

 

 

L’étât nain du thé;
l’été nain du tas.

 

 

Les tapis se rient de vos ancêtres.

 

 

Léthar gît à coté du fleuve Léthé.
Léthargie à coté du fleuve l’été.

 

 

J’ai oublié l’été.
J’ai oublié que Léthé
était la déesse de l’oubli.

 

 

LIQUIDES LIQUIDES,
LIQUIDES SOLIDES,
SOLIDES LIQUIDES,
SOLIDES SOLIDES.

 

 

J’ai peur du vide et j’ai peur du plein.
La peur est parfois un juste milieu.

 

 

Accéder à l’excès
est tout autant un excès qu’un accès.
Accéder à l’excès est un succès excessif.

 

 

Le livreur s’est livré à l’ivresse.
Ses livraisons se sont transformées en libations,
qui le délivraient de ses livraisons.

 

 

HIC ET NUNC

Tu en as assez d’ici et tu voudrais être ailleurs,
mais tu ne sais pas où.
Tu en as assez de maintenant et tu voudrais être demain,
mais tu ne sais pas quand.

 

 

BLEUISSEMENT DES LOINTAINS

Bleuissement des lointains,
nous pleurons quand nous sommes loin.
Rougissement des prochains,
nous étouffons quand nous sommes proches.

 

 

Il faut beaucoup d’humour pour accepter la réalité de la vie,
et beaucoup d’amour pour repousser le réel de la mort.

 

 

Quand tout sera dissous, après la dissolution des corps,
vous ne pourrez plus continuer à vivre vos vies dissolues.

 

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL