Gouttière, Maison rouge, Seine et
Gouttiere
precedent suivant


PLANSITE-----SITEMAP----

 

Cette photo poursuit le propos du Hangar, puisque nous obtenons presque le même effet : l'aplatissement apparent de deux surfaces placées à angle droit. La façade et le pignon de cette maison peuvent à certains moments donner le sentiment d'être situés à l'intérieur d'un seul et même plan. Et si l'impact est beaucoup moins fort c'est que les moyens utilisés pour en arriver à ce résultat diffèrent d'une photo à l'autre. En se poursuivant d'un pan de mur à l'autre le long d'un trajet apparemment rectiligne, la gouttière oblique nous incite à aplatir la masse du bâtiment qu'elle contourne et qui la supporte.

 

 

Ce moyen, somme toute bien anecdotique, rend l'aplatissement beaucoup moins prenant. Mais plusieurs autres éléments plastiques peuvent expliquer cette situation. En premier lieu, à la différence du Hangar, les ombres (malgré le traitement sous Photoshop) sont beaucoup plus accentuées. En second lieu, cette gouttière, pour une raison que j'ignore (la convexité supposée des deux murs d'un bâtiment ?), ne paraît pas parfaitement rectiligne. Pourtant, à placer une règle sur le trajet de la gouttière, vous serez bien obligés d'admettre que son trajet, perçu sous cet angle, est continu. De même, qu'en masquant de la main le toit et la base de la maison, vous percevrez beaucoup mieux l'aplatissement induit par cet alignement.

En cette image donc, la reconnaissance formelle (la connaissance des lois de construction d'une bâtisse ordinaire...) contrarie l'alignement plastique d'un tracé graphique de l'image. Mais, les constructions religieuses, en dépit de leur complexité architecturale, peuvent, elles-aussi, être aplaties par une simple gouttière qui, force nous est de le reconnaitre, reçoit l'eau du ciel.

Gouttiere-Poitiers

 

Il n'en reste pas moins que si la gouttière de Maison Rouge mettait à plat le volume convexe de la ferme, celle de Saintes, la si bien nommée, remet en cause la concavité d'une partie de l'église. En cela, nous aurions bien besoin d'un conclave pour étudier toutes les subtilités de cet écart qui distingue le terrestre du spirituel.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant