Le hangar orange, zone industrielle,
Hangar-aligné-1
suivant

 


PLANSITE--------SITEMAP----

"

Tout volume, toute forme, toute ligne possède au moins un point de vue sous lequel sa configuration propre ou sa relation aux autres éléments paraît impossible ou ambiguë". Cette photo prouve s'il en était encore besoin que cette règle est applicable à l'élément le plus ordinaire qui soit : le bâtiment métallique d'une zone industrielle. Prise sous cet angle, la ligne du sommet de la façade semble prolonger la ligne de faîte du pignon.

 

Hangar-aligné-2

 

Nous avons là, dans le réel, un alignement équivoque qui n'est pas sans rappeler la figure B1 du tableau 33 (voir l'analyse). Nous comprenons ainsi que l'aplatissement du croquis n'était pas le résultat de la simplification du tracé (occasionnant la perte d'informations spatiales essentielles : ombres propres, ombres portées, présence du sol...), ni même celui du caractère bidimensionnel avéré d'une image dessinée.

 

croquis b1
 

Cette photo prouve que le réel, en dépit des multiples informations qu'il dispense, peut encore donner lieu à ambiguïté. L'alignement équivoque, principe plastique apparemment anodin, digne des livres de vulgarisation sur la perception visuelle, s'en prend ici à la réalité tridimensionnelle du monde, pour aplatir l'image que nous en avons. Car en plaçant notre oeil à l'endroit où était situé l'objectif, nous verrions, peu ou prou, la même image que celle obtenue à l'aide de l'appareil photographique. En cela, même notre vision binoculaire du monde n'arrive pas toujours à surmonter les situations ambiguës : bien que placés à angle droit, ces deux pans de tôle, en raison d'une coïncidence des lignes de leur sommet, semblent, envers et contre tout, former une seule et même surface plane.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

suivant