L'ombre de la potence, Creuse,
Potence
precedent suivant


PLANSITE-----SITEMAP----

 

En cette image, bien peu de choses diffèrent de la photo précédente. Ainsi, alors que je ne saurais jurer que le fil vu précédemment était bien à l'orthogonale du mur, d'autres angles de jonction pouvant être possibles, je sais et nous savons que ces potences métalliques sont bien perpendiculaires au mur qui les supportent. Malgré cette connaissance, la mise à plat y est pourtant plus forte : la potence et son ombre portée balafrent le mur d'un trait épais et continu. C'est qu'à la différence du fil, la potence ne poursuit pas son trajet jusque dans le ciel : ici le trait est contenu sur la page ocre du pignon, rien ne venant déborder sur le ciel.

 

Potence-XL

 

L'aplatissement d'un angle formé de deux plans, tels que la poutre et son ombre, n'est pas spécifique à l'alignement photographique. Vous trouverez, ci-dessous, deux croquis tirés des carnets, qui reprennent de manière simplifiée l'équivoque de la situation plastique de la Potence présente ou du Fil précédent (croquis 33b1 à gauche, croquis 33c1 à droite).

 

x33b1x33c1


D'autres ombres, à d'autres endroits, en arrivent au même résultat. Ainsi, en vous promenant sur l'avenue qui borde la vieille ville d'
Arles, vous pourriez, là encore au soleil couchant, voir des ombres qui expliquent par l'image le phénomène décrit précédemment. De notre point de vue de touriste bipède possédant un appareil photographique, seule l'ombre centrale semble être le prolongement matériel de la ferronnerie dont elle n'est que l'image portée au mur. De par leur positionnement différent dans la latéralité de l'espace, ses deux consoeurs montrent l'angle qu'elles forment avec l'objet qui les détermine. Cette photo montre, si il en était encore besoin, que l'alignement équivoque ne souffre, ne supporte et n'obéit qu'à un seul et unique angle de vision.

 

Ombre-Arles

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant