Poteaux, Paris, 2007.
Poteaux-en-escalier
precedent suivant

 


PLANSITE--------SITEMAP----

 

Ces poteaux parisiens sont fascinants. Non pas tant en raison des histoires qui circulent à leur propos, telle celle qui veut que le diamètre de la partie rétrécie permette, à l'aide d'une menotte, d'enchaîner les individus dangereux lors d'une manifestation, mais en raison des innombrables possibilités plastiques qu'ils offrent à la vue. Ralph Gibson ne s'y était pas trompé (voir ce lien interne).
Ici, les ombres, enchaînées aux poteaux, forment un escalier cyclopéen. Le contact équivoque, qui réunit en un ensemble improbable l'ombre sur la chaussée au sommet du poteau qui nous est proche, esquisse la section d'un escalier sur le plat pavé parisien. De ce point de vue là, nous avons l'illusion d'une contiguïté entre ce qui est au sol et ce qui se dresse vers le ciel, mais aussi l'illusion d'angles droits faits d'ombres et de métal. En somme, un escalier montant les étages de l'image.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant