ARTICLE

"Napoléon à tout faire"

 


PLANSITE
-------SITEMAP---

 

Novembre 2009

À l'école primaire, lors des récréations, nous chantions la comptine suivante :

Napoléon est mort à Sainte Hélène,
Son fils Léon lui a crevé l'bidon.
On l'a r'trouvé, assis sur une baleine,
En train d'sucer les fils de son caleçon.

C'est ainsi. Pourtant, en dépit de l'aspect surréaliste du texte, cette comptine prouve la fascination que ce personnage qui, à l'étranger est considéré comme un tyran sanguinaire, exerce toujours chez la plupart des français. Surtout si comme moi vous aviez un oedipe chargé et un père bedonnant qui lisait la revue Historia, où chaque année paraissait un nouvel article consacré à la mort mystérieuse de Napoléon à Sainte Hélène : maladie ou empoisonnement commandité par la perfide Albion ?
Quoiqu'il en soit,
Napoléon n'a pas donné lieu qu'à des comptines. Comme tous les hommes célèbres, adorés par les uns et abhorrés par les autres, sa personne a suscité nombre d'images qui couvrent un champ très large allant de la sanctification à la caricature. Mais, le plus surprenant est que nous allons retrouver dans ce flot d'images la quasi totalité des ambiguïtés de relations spatiales évoquées sur ce site. Ainsi pour des raisons qu'il faudrait développer, l'équivoque spatiale peut tout autant servir la louange des thuriféraires que propager la critique des contempteurs.


PREMIER PRINCIPE : LE CONTACT ÉQUIVOQUE

Les différents contacts équivoques présentés ci-dessous utilisent l'ambiguïté de la figure et du fond, à la manière du Vase de Rubin. Si ce n'est que nous nous trouvons ici bien avant la supposée trouvaille d'Edgar Rubin, mais aussi peu après un des modèles possibles de son Vase : les différentes urnes funéraires aux profils cachés de Louis XVI et Marie-Antoinette (voir à ce propos : Rubin n'a rien inventé). Le choix de la figure et du fond n'est pas anodin, qui permet de dissimuler dans l'arrière-plan de l'image le sujet de la répression policière. Ainsi, tant les royalistes sous la révolution que les bonapartistes sous la monarchie ont utilisé, en dépit de leurs divergences politiques, un même principe plastique afin de camoufler leur héros et sauveur.

LA FIGURE ET LE FOND : LE PERSONNAGE
Les images cachées les plus connues reprennent le thème funéraire déjà employé pour le profil de Louis XVI. Mais si le saule est toujours là, il semble que les corses préfèrent l'inhumation à la crémation prônée par les Bourbons. Tout d'abord L'esprit de Napoléon à Sainte Hélène , reproduite dans le livre Illusions d'Edi Lanners (voir biblio en bas de page).

 

Image séditieuse : "L'esprit de Napoléon à Sainte Hélène".

 

La même image publiée par Currier & Ives à partir de 1835.

 

Image séditieuse : "L'esprit de Napoléon à Sainte Hélène", gravure, Currier & Ives, 1835.

 

LA FIGURE ET LE FOND : LES VISAGES

Voici une gravure de Jean Dominique Étienne Canu datée de 1815. Cette image circulait parmi les partisans de l'Empereur en exil, qui portaient un toast en disant, Caporal Violette. Les bonapartistes ont choisi cette fleur, comme signe secret de reconnaissance. Car lors de son dernier message après la capitulation de Paris, Napoléon annonça qu'il reviendrait avec les violettes. Ils le surnommèrent donc Caporal Violette. Ce bouquet de violettes contient ainsi les profils de Napoléon, de Marie Louise et du Roi de Rome.
Texte et image sont à voir sur
http://www.naute.com/illusionsfr/caporal.phtml

 

Jean Dominique Etienne Canu, "Caporal violette", gravure, 1815.

 

Feuilletant L'envers des sens, vous pourriez, à la page 47, trouver cette gravure de Levachez réalisée après la bataille de Waterloo. Cette image est intéressante en ce qu'elle contredit ce que nous avions annoncé en introduction de ce paragraphe. Bien que déchu, l'empereur reste camouflé dans le fond de l'image. De même, par son texte, le caricaturiste fait porter notre attention sur la poire, au lieu de nous indiquer la feuille où se cache le profil. En ce qu'elle n'ose s'affirmer comme telle, cette caricature ne serait pas tant une charge directe contre l'empereur qu'une critique précautionneuse d'un graveur et d'un imprimeur qui ont déjà eu à subir un premier retour du personnage. Car bien que mûre, cette poire, qui entraine la feuille au profil masqué dans sa chute, n'est, pour lors, pas encore tombée à terre. Ici, ce n'est plus tant la louange qui se cache que la critique qui n'ose encore s'afficher.

 

Levachez, "La poire était mure", gravure, 1816.

 

SECOND PRINCIPE : LA SUPERPOSITION ÉQUIVOQUE

Le principe de la superposition équivoque sert en général les détracteurs de l'empereur. Ceux-ci peuvent se contenter de remplir le visage de Bonaparte avec des éléments repoussants ou de faire coïncider son profil avec un objet fâcheux.

LE REMPLISSAGE

Nous commencerons par une caricature allemande intitulée Napoléon Bonaparte, Empereur des Français, publiée en 1815. Tandis que le visage de Napoléon est rempli de cadavres, son épaulette en forme de main s'empare de l'Allemagne et une décoration dont l'araignée, motif central, tisse sa toile sur l'Europe. Enfin, la couronne de laurier est constituée de squelettes, crânes et ossements divers.

 

Caricature allemande, "Napoléon Bonaparte, Empereur des Français", 1815.

 

Et maintenant une gravure colorée de Lacroix, La grosse caisse de l'Europe, visible au Napoleonmuseum d'Arenenberg.

 

Lacroix, "La grosse caisse de l'Europe", caricature, Napoleonmuseum Arenenberg.

 

Une gravure colorée de Pierre-Marie Bassompierre, Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse, dont un des exemplaires peut être vu à la Bibliothèque Thiers.

 

Pierre-Marie Bassompierre, "Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse", gravure, Bibliothèque Thiers.

 

LES FIGURES RETOURNABLES

Les figures retournables forment une sous-catégorie bien particulière de la superposition équivoque. En effet, pour découvrir l'image cachée qui vient se superposer à la figure principale, vous devez retourner le support à 180°. Ainsi, en ces deux caricatures, le retournement tête-bêche permet de voir successivement le profil de Napoléon et celui de Cambacérès. Mais si le texte du premier feuillet est assez clair : Le vaincu pour Cambacérès et Le vainqueur pour Napoléon, le second l'est beaucoup moins. Ainsi, nous pouvons lire : Haine aux Hommes, haine aux Femmes, avec eux la fin du monde. Comprenne qui pourra.

 

Figure retournable : "Profils de Napoléon et Cambacérès", gravure.Figure retournable : "Profils de Napoléon et Cambacérès", gravure, 1815.

 

UNE SUPERPOSITION PARTICULIÈRE

Les superpositions équivoques de la figure ne sont pas toutes destinées à la critique. Certaines, d'un genre très particulier, peuvent, comme les superpositions de la figure et du fond vues précédemment, permettre de garder par devers soi une image dite subversive d'un personnage politique évincé et relégué aux oubliettes de l'histoire par son successeur.
L'ombre projetée de cette pièce d'échec permet ainsi de conserver le profil de l'empereur jusque sous la royauté. Mais, à l'époque, la mode était au pommeau de canne, canne que tout un chacun pouvait quotidiennement emporter avec lui, et dont l'ombre portée dévoilait, elle-aussi, le profil vénéré.

 

Objet séditieux, pièce d'échec avec le profil de Napoléon.

 

UNE SUPERPOSITION EXTRAORDINAIRE

Nous terminerons par une superposition équivoque que je n'avais jamais encore rencontrée. Si le retournement à 180° ou à 90° a souvent été utilisé depuis la renaissance pour être repris et popularisé ensuite par Salvador Dali, une autre manière de déplacer le support de l'image est beaucoup moins connue. Au recto du feuillet, nous avons un diable portant bâton. Mais, à contempler le verso de la même page, le diable coloré devient, en ombre chinoise, la silhouette exacte de Napoléon. Cette gravure colorée exceptionnelle est conservée à la bibliothèque Thiers (voir la webographie ci-dessous).

 

Feuillet retournable recto-verso, "Napoléon/diable", gravure, bibliothèque Thiers, 1.Feuillet retournable recto-verso, "Napoléon/diable", gravure, bibliothèque Thiers, 2

 

TROISIÈME PRINCIPE : L'ALIGNEMENT ÉQUIVOQUE

Il n'y a pas à ma connaissance d'alignement équivoque avec les caricatures de Napoléon. Ne me demandez pas pourquoi, car je n'en sais rien et n'ai pas envie d'y réfléchir. Mais pour des raisons qu'il faudrait développer, il semble que l'alignement équivoque répugne tout autant à servir la louange qu'à propager la critique.

 

 

BIBLIOGRAPHIE

AIMÉ Gérard, GERVEREAU Laurent, KRISTY Nathalie, WILLEMIN Véronique,
L'envers des sens, Éditions Alternatives, Paris, 2000 (page 47).
La poire était mûre, gravure de Levachez, Paris, septembre 1815.
LANNERS Edi,
Illusions, Éditions Hier & Demain, Paris, 1975, I.S.B.N. 27.206.0027, (page 46).
L'esprit de Napoléon à Sainte Hélène
MANNONI Laurent, NEKES Werner, WERNER Marina,
Eyes, lies and illusions, Hayward Gallery Publishing, Londres, 2004 (page 214).
Pièce d'échec, jouet séditieux, France, circa 1825.
ROTHENSTEIN Julian, GOODING Mel,
L'oeil s'amuse, Éditions Autrement, Paris, 2000 (page 68).
Napoléon, gravure colorée, France, 1815, éditeur inconnu.
RUBIN Edgar
Visual perception of figures: studies in psychological analysis, éditions Gyldendal, Copenhague, 1915.

WEBOGRAPHIE

http://commons.wikimedia.org/wiki/File%3AWahre-Abbildung-des-Eroberers-Napoleon.png
Napoléon au profil rempli de cadavres, caricature allemande d'après Johann Michael Voltz (1814).
http://www.napoleon.org/fr/hors_serie/caricatures/caricatures5.htm
Page de caricatures avec
Napoléon en forme de cruche et en forme de grosse caisse.
http://www.napoleon.org/fr/galerie/iconographie/files/Haine_hommes_!_Haine1.asp
Une gravure de
Napoléon, qui, retournée tête en bas, laisse apparaître Cambacérès.
http://www.napoleon.org/fr/galerie/iconographie/files/The_magical_painting2.asp
http://www.napoleon.org/fr/galerie/iconographie/files/The_magical_painting3.asp
Une caricature de
Napoléon qui se transforme en diable lorsque l'image est retournée recto-verso !
http://wernernekes.de/00_cms/cms/front_content.php?idart=513
http://wernernekes.de/00_cms/cms/upload/Fotos_Sammlung/Fotos_Glossar/jouets.jpg
Site de
Werner Nekes (voir biblio plus haut) sur lequel vous pourrez trouver la canne et quelques explications.
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5485968d.image.f15.tableDesMatieres
Cette ombre portée de
Louis XVI grâce à un pommeau de canne et cette autre de Napoléon à partir d'une pièce de jeu d'échecs étaient déjà présentées en 1898 dans la revue Curiosités scientifiques (5e édition) dirigée par Albert Lévy.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL