ARTICLE

"Les différents avatars du visage face-profil, page 1"

 


PLANSITE------SITEMAP-----

 

Juillet 2019

INTRODUCTION

Le visage face-profil semble aujourd'hui une image des plus simples : un visage représenté de face laisse apercevoir un second visage, un profil qui vient se superposer à la vue frontale. Ainsi, à l'intérieur de cette image fixe, nous pouvons sans cesse alterner les visions et passer d'un point de vue à l'autre Pourtant, nous allons voir que cette technique, imaginée par Braque et Picasso au cours de la période cubiste, n'est pas aussi simple que la définition que nous venons d'en donner. Ces pages vont essayer de montrer que le visage face-profil est d'une d'origine plus ancienne que le cubisme et recouvre de nombreuses variantes encore utilisées de nos jours.

 

LA TECHNIQUE DE BASE

L'image la plus simple pour expliquer le principe tout autant que la technique de base du visage face-profil est l'ancien logotype d'Apple. À regarder la totalité de l'image, nous avons bien là un visage vu de face. Pourtant, en dépit de la schématisation assumée de cette figure, quelques détails posent déjà problème. Le rabattement latéral du nez ne colle pas avec la vision frontale de ce visage. De même le tracé vertical qui barre la bouche semble beaucoup trop marqué. Mais ces deux détails graphiques ont un rôle majeur : ils permettent l'apparition du profil. Ainsi à masquer toute la partie bleu foncé de l'image, la forme du nez relève bien d'un profil et la barre verticale trace maintenant une ligne qui, partant de la base du nez, atteint le menton.

 

logotype Apple avec visage face-profil.

 

1. LE VISAGE FACE-PROFIL EN PEINTURE

En ce qui concerne la peinture, je me vois contraint de reprendre une toile de Braque pour illustrer la technique classique du visage face-profil. Lors de la recherche d'images, il s'est avéré que Picasso ajoute toujours quelque chose au procédé classique tel que nous venons de le définir.
Avec cette
Double figure sur fond marin, Braque utilise donc le procédé du visage face-profil. Soit nous contemplons un visage de face, placé moitié dans la lumière, moitié dans l'ombre, soit nous regardons un profil noir se détachant sur un fond plus clair que lui. Au point que nous pourrions croire à la présence de deux personnages : une femme nous faisant face dans la lumière, femme qui serait en partie recouverte par une autre femme vue de profil, située en son avant et placée dans l'ombre.
Mais, même en cette formulation picturale simple du procédé cubiste, nous pouvons trouver un élément surnuméraire. Il existe un second profil antithétique du premier. Car à observer le reste, le résidu lumineux du visage total, nous pouvons percevoir un second profil tourné quant à lui vers la gauche. Même si sa forme peut évoquer une tête d'oiseau, ce profil est presqu'aussi complet que le premier. Sans l'absence d'un cou dans la continuité du menton, nous aurions là quelque chose d'équivalent au profil nocturne.

 

Braque, "Double figure sur fond marin", 1942.

 

Salvador Dali s'est lui-aussi essayé au visage face-profil. Avec ce dessin, nous retrouvons la problématique de Braque, puisque, là encore, certains verront deux personnages différents dont le profil de l'un masque une partie de la face de l'autre. Mais l'alignement des narines, et la contiguïté des bouches et des mentons permet de revenir à un visage unique et complet posant de trois-quart.
Un écart est cependant à noter dans l'utilisation de ces visages déformés. Tandis que le cubisme cherchait, en associant différents points de vue, un nouveau mode de représentation du réel,
Dali utilise le procédé pour aboutir à un visage paranoïaque. Pour Dali, le visage face-profil ne constitue pas une fin en soi mais une technique, parmi d'autres, qui lui permet de rendre compte de ses délires obsessionnels.

 

Dali, "Etudes de têtes", dessin, 1946.

 

À la suite du cubisme et du surréalisme, la photographie s'est emparé de pratiques picturales qui, en dépit d'apparentes impossibilités, se sont avérées transposables dans son domaine.

 

2. LE VISAGE FACE-PROFIL EN PHOTOGRAPHIE

En dépit de son réalisme, la photographie a réussi à donner des équivalents argentiques aux visages cubistes picturaux. Ainsi en 1974, Ralph Gibson prend un portrait de Christine. En trouvant la bonne orientation du modèle par rapport à la lumière, le photographe obtient un visage face-profil qui n'est pas sans rappeler le Double figure sur fond marin de Braque.
Là encore, nous voyons un visage de trois-quart en pleine lumière qu'un visage, de profil et dans l'ombre, semble venir en partie recouvrir. Mais ici, l'éloignement entre le profil et la face n'est plus envisageable. En dépit de la distinction que nous faisons entre le profil et la face et entre le noir et le blanc, et malgré la vision successive qui s'ensuit, les surfaces nous apparaissent comme contiguës.
Pourtant, cette photo reprend une des thématiques du visage double-face chez les cubistes. Après la période analytique, les peintres cubistes se sont parfois servi du visage double pour répartir l'ombre et la lumière. C'est ainsi le cas dans la toile de
Braque, et c'est sans doute ce que Ralph Gibson avait compris.

 

Ralph Gibson, "Christine", 1976.

 

Pourtant, Ralph Gibson n'a pas été le premier photographe à utiliser ce jeu particulier de l'ombre et la lumière. En 1946, Erwin Blumenfeld avait réalisé plusieurs portraits de Cecil Beaton en utilisant la même technique pour le même propos. Seule la lumière artificielle du studio pourrait permettre de distinguer l'état d'esprit dans lequel ces deux photos ont été réalisées. Alors que la photo de Blumenfeld a été pensée, réfléchie puis longuement construite en studio, celle de Gibson relève peut-être d'un hasard miraculeux vivement capté par l'oeil du photographe.

 

Blumenfeld, "Cecil Beaton", 1946.

 

Les différentes facettes du visage face-profil ne s'arrêtent pas à la peinture et à la photographie. Si nous avons déjà vu que le logotype avait pu s'emparer du procédé, d'autres domaines, tels que le publicité et la sculpture, ont fait de même.

 

3. LE VISAGE FACE-PROFIL AILLEURS OU AUTREMENT

 

Cette publicité pour la Croix Rouge équatorienne reprend le principe du visage face-profil. Cette fois cependant, il n'est plus question d'élaborer un nouveau système de représentation ou de la répartition ambigüe des ombres et des lumières, mais d'un discour caritatif. C'est ainsi que certains seront amenés à penser que le procédé du visage face-profil peut servir de bien multiples propos. Ce motif élaboré à partir d'un nouveau mode de représentation du réel qui a bouleversé la peinture moderne et suscité critiques et sarcasmes, a peu à peu été accepté, puis s'est adapté au point de servir des images commerciales comprises et acceptées par tous. Et c'est bien pour cela que nous pouvons maintenant parler de procédé.

 

publicité pour la Croix Rouge.

 

Pour en terminer avec cette première partie, nous allons évoquer la sculpture. Il est certain que les sculptures cubistes mélangent les points de vue, jusque et y compris dans une contemplation fixe d'un endroit précis d'une ronde-bosse. Pourtant plutôt que de trouver d'innombrables exemples de ce principe, nous allons repousser les limites acceptables d'un visage face-profil avec Le Baiser de Brancusi.
Le sculpteur a représenté deux personnages archaïques qui s'enlacent et s'embrassent. Pourtant, il est possible, au-delà de ces deux profils accolés, d'imaginer un personnage qui, s'entourant de ses bras, nous fixe d'un oeil cyclopéen ou d'un regard au fort louchement.

 

Brancusi, "Le-Baiser", sculpture.

 

Nous atteignons apparemment là une limite du concept de visage face-profil. Mais ce n'est pas tant à cause de l'accumulation de faces et de profils que de l'infime possibilité qu'il y ait ici un visage de face, que ce dernier ait été recherché par le sculpteur ou halluciné par le regardeur.
En effet, la page suivante va nous montrer que le procédé cubiste se limite rarement à la superposition d'un profil unique sur une face solitaire.

 

PAGE SUIVANTE : Quand il y a plus d'une face et d'un profil.

 

 

 

PHOTOGRAPHIE

BLUMENFELD Erwin, Triple exposition, vers 1930, Amsterdam, (p. 93 catalogue Exposition au Jeu de Paume, du 15/10/2013 au 26/01/2014)
BLUMENFELD Erwin, Cecil Beaton, 1946, Vintage silver gelatin print, Collection particulière, Suisse © The Estate of Erwin Blumenfeld.
https://artblart.com/tag/blumenfeld-the-picasso-girl/
GIBSON Ralph,
Christine, 1974, gelatin silver print, 31 x 20 cm.
PUBLICITÉ, print advertisement created by McCann, Ecuador for Red Cross, within the category: Public Interest, NGO.
http://adsoftheworld.com/media/print/ecuadorian_red_cross_life_inside_life_guy
PUBLICITÉ, Joe LaPompe dénonce depuis longtemps sur son site le recyclage d'idées publicitaires. Vous verrez en suivant ce lien, une pub pour Guiness antérieure à celle de la Croix Rouge équatorienne.
https://www.joelapompe.net/2013/01/15/dark-side-recycled-painting-faces/

PEINTURE

BRAQUE Georges, Double figure sur fond marin, huile sur toile, 50 x 49 cm., 1942, collection particulière.
https://www.wikiart.org/fr/georges-braque/the-duet-1937

DALI Salvador,
Etudes de têtes, dessin double-face ayant servi d'illustration pour Macbeth, encre au stylo-bille et mine de plomb sur papier 20 x 24.6 cm, 1946.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL