THÉORIE

"L'impossible de la figure dans la langue"

 


PLANSITE-------SITEMAP----


AVERTISSEMENT
"EN TRAVAUX"
Le but de la rubrique
“Langage” est d’appliquer la classification des images impossibles et ambiguës aux paradoxes du langage. Malheureusement, cette classification, toujours perfectible, nous oblige à adapter les concepts et les catégories au nouveau champ sémiotique de la langue, par essence différent. Il n’en reste pas moins que les différentes pages de cette rubrique vont montrer que la mise en parallèle des images dites paradoxales avec les paradoxes avérés du langage n’est pas dénuée d’intérêt.
REVOIR LA CLASSIFICATION DES IMAGES IMPOSSIBLES ET AMBIGUËS

 

1. DÉFINITION DE LA FIGURE DE LA LANGUE

Dans l’image, la figure est cette surface qui prend forme en surgissant du fond pour être perçue et donner lieu à signification. Dans le champ de la langue, nous postulerons abruptement que la figure relève du syntagme, cet axe orienté dans la latéralité du support sur lequel les signes (composés d’un recto matériel, le signifiant, et d’un verso conceptuel, le signifié) apparaissent peu à peu, les uns à la suite des autres.
Nous postulerons encore que les impossibilités de la figure travaillent principalement le signifié, en ce que celui-ci vient faire figure sur le signifiant qui, en tant que support matériel, sera considéré comme l’équivalent du fond de l’image. Comme nous allons le voir, tant les unités que les relations syntagmatiques peuvent, à travers le signifié, donner lieu à impossibilité. Pour cela, nous allons reprendre les trois mécanismes plastiques de l’ambigu qu’utilise l’image : la superposition, le contact et l’alignement.

2. LE CONTACT IMPOSSIBLE DE SYNTAGMES SIMPLES

Une des images emblématiques du faux contact est la Tripoutre. Les relations spatiales de cette figure en ce que ces trois barres ne peuvent, en raison des lois de la perspective, se rejoindre en boucle. Leur contiguïté est donc incohérente. Des constructions de la Tripoutre ont pourtant déjà été réalisées en trois dimensions. Celles-ci usent en fait d'artifices pour aboutir à un résultat qui correspond rarement à l'attente que l'image avait fait naître en nous. À la manière des dessins impossibles qui se révèlent constructibles, nous allons voir que les paradoxes de la langue peuvent, eux-aussi, être contournés pour donner lieu à une interprétation possible d’un sens au premier abord incohérent.


Figure impossible : "Tripoutre de Penrose", wikipedia.

La Sirène exprime bien l’idée de l'impossible. Nous savons pertinemment que cet être mi-humain, mi-animal ne peut nous renvoyer à un quelconque objet du monde. Pour en arriver là, une fausse contiguïté a été établie entre deux éléments réels. C'est ainsi que ce personnage inconnu du réel, peut, à la manière des figures paradoxales dessinées, être représenté en trois dimensions. Nombre de réalisations cinématographiques ont permis de donner corps à cet être impensable. Mais les intrusions de sirènes dans le réel aboutissent au même résultat que les constructions de la Tripoutre : elles présentent un objet tridimensionnel truqué, dont l’artifice ne répond pas à l’attente que l’image ou le concept avait fait naître en nous.

VOIR LA LISTE DES CONTACTS IMPOSSIBLES DE LA FIGURE

3. LE CONTACT IMPOSSIBLE DE SYNTAGMES COMPLEXES

Watzlawick rapporte l’histoire suivante à la page 111 de son livre Le langage du changement :
“Un homme tape dans les mains toutes les dix secondes. On lui demande la raison de cet étrange comportement. “C’est pour chasser d’ici les éléphants.- Mais il n’y en a aucun par là ! - Vous voyez bien !”
En cette histoire, l’homme qui tape dans ses mains accole deux récits de manière insensée : le premier qui concerne le fait de taper dans ses mains et un second qui note l’absence d’éléphants.

VOIR LA LISTE DES CONTACTS IMPOSSIBLES DE LA FIGURE

4. L'ALIGNEMENT INCOHÉRENT DE LA FIGURE

Dans le champ de la langue, nous retrouvons encore le principe de l'alignement incohérent avec le Poisson soluble des surréalistes. La juxtapositions de ces deux syntagmes simples rappelle à l'évidence la Sirène. Car malgré l’apparente irréalité de ce concept, le Poisson soluble est réalisable : il suffirait de sculpter une forme de poisson dans un bloc de sucre pour que sa réalisation dans le réel soit à la fois possible et réussie.
Mais, à la différence de la
Sirène, le Poisson soluble pose sur un plan d'égalité, et ainsi aligne, un élément du réel et une qualité de ce même réel, plutôt que de mettre en contact deux éléments matériels. C'est en cela que nous en faisons un exemple d'alignement incohérent du langage.

VOIR LA LISTE DES ALIGNEMENTS INCOHÉRENTS DE LA FIGURE (à venir dans un avenir lointain)

 

 

BIBLIOGRAPHIE SUR LE LANGAGE

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL