LISTE

"Les contacts impossibles de la figure"

--------


PLANSITE-----SITEMAP----


Vous trouverez ci-dessous une liste de paradoxes de la langue qui, d’après moi, utilisent le principe du faux contact pour en arriver à ces incohérences particulières du langage. Si vous désirez comprendre les raisons pour lesquelles ce mécanisme plastique hérité de la classification des images impossibles et ambiguës a été appliqué aux paradoxes du langage et si vous voulez savoir ce que représente la figure dans le champ de la langue, veuillez consulter la page intitulée :
“L’impossible de la figure de la langue”

0. EN THÉORIE

Dans le champ de la langue, nous retrouvons des contiguïtés incohérentes. Nous avons là le célèbre Poisson soluble des surréalistes. La juxtapositions de ces deux syntagmes simples n'est pas sans évoquer la Sirène (qui, pour lors est ici considérée comme un contact impossible de la figure et du fond), puisqu'en dépit de l’apparente incohérence de ce concept, le Poisson soluble est lui-aussi réalisable. Il suffirait de sculpter une forme de poisson dans un bloc de sucre pour que sa réalisation dans le réel soit à la fois possible et réussie.
Mais, à la différence de la
Sirène, le Poisson soluble n'est qu'une concaténation abusive de syntagmes. En se contentant de mettre en contact deux signifiants aux références connues, ce poisson là ne peut lutter avec cette sirène, concept dépourvu de référent connu du réel. C'est en cela que nous en faisons un exemple de contact impossible du langage.

1. CITÉS PAR BERNARD DUPRIEZ

ALLIANCE DE MOTS (p. 31) : rapprocher deux termes contradictoires.

“Cette obscure clarté qui tombe des étoiles.”
CORNEILLE, le Cid, IV, 3.

ALLIANCE DE PHRASES (p. 31) : deux assertions successives et inverses mais compatibles.

“N’en parlons plus. Parlons-en.”
PLEYNET, Théorie d’ensemble, p. 119.

COQ-À-L'ÂNE (p. 134) : passage d’une idée à une autre sans rapport avec la première.

“Comment dites-vous Italie en français? J’ai mal aux dents.”
IONESCO, la Leçon, p. 100.

“Un moine demanda à Tchao-tcheou : “Quel est le sens de la venue du premier Patriarche en Chine?- Le cyprès dans la cour d’entrée.”
SUZUKI, Essais sur le bouddhisme Zen, deuxième série, Spiritualités vivantes, Albin Michel, 1972, p. 85.

DISSOCIATION (p. 162) : association de termes sémantiquement inassociables.

“Poisson soluble.”
BRETON.

“Un fou raisonnable”
QUILLET.

HYPALLAGE (p. 235) : attribuer à des mots d’une phrase ce qui appartient à d’autres.

“Son discours menace d’être long.”

“Le lit dormait d’un sommeil profond.”
ARP, Rire de coquille.

INCOHÉRENCE (p. 252) : métaphore qui réunit deux images incompatibles.

“Habitué des bagarres, il a depuis longtemps fait du revolver son livre de chevet.”
JEAN-CHARLES

“Le cheval faisait des efforts surhumains pour se dégager.”

JUXTAPOSITION LEXICALE (p. 272) : amalgame de syntagmes.

“La beauté sera érotique-voilée, explosante-fixe, magique-circonstancielle ou ne sera pas.”
BRETON, Oeuvres complètes. t. 1, p. 727.

PARALOGISME (p. 322) : faux raisonnement.

“Les exilés peuvent aller où ils veulent. Or, il est agréable de pouvoir se fixer où on veut. Donc, ils sont heureux.”
ARISTOTE, Rhétorique, 2, 24.

“Emprisonner un homme est cruel, il ne faut donc pas emprisonner cet assassin.”
LANHAM

“Il est juste que celle qui a tué son mari meure. Il est beau qu’un fils venge son père. Donc il est juste et beau qu’un fils tue sa mère.”
ARISTOTE, Rhétorique, 2, 24.

“Je n’ai jamais emprunté le chaudron, il était déjà fêlé, je l’ai rendu intact.”
FREUD, Les Mots d’esprits, p. 90.

PARADOXE (p. 318) : affirmation qui heurte les idées courantes.

“Les crimes engendrent d’immenses bienfaits et les plus grandes vertus développent des conséquences funestes.”
VALÉRY, oeuvres complètes, t. 2, p. 81.

“Chacun doit faire ce qu’il n’arrive pas à faire.”
PETER, Les Principes de Peter.

“Ce qu’il y a de plus profond dans l’homme c’est la peau.”
VALÉRY.

SOPHISME (p. 420) : raisonnement faux malgré une apparence de vérité.

“Grâce à Pasteur, il y a plus de petits vieux malheureux et de petites vieilles malheureuses sur la terre qu’il n’y en aurait.
DUCHARME, Le Nez qui voque, p. 99.

TÉLESCOPAGE (p. 447) : condenser deux phrases ayant un syntagme identique.

“Soldats de Fontenoy, vous n’êtes pas tombés dans l’oreille d’un sourd.”
PRÉVERT, Spectacle.

“La pendule sonne deux coups de couteau.”
ÉLUARD, oeuvres t. 1, p. 297.

2. CITÉS PAR JACQUES NINIO

“Il faut réfléchir avant de faire des bêtises.”
GREGORY, cité par NINIO Jacques, La science des illusions, Odile Jacob, 1998, p. 42.

“Il faudrait me tuer pour me faire changer d’avis.”
GREGORY, cité par NINIO Jacques, La science des illusions, Odile Jacob, 1998, p. 42.

3. CITÉS PAR PAUL WATZLAWICK

“Un homme tape dans les mains toutes les dix secondes. On lui demande la raison de cet étrange comportement. “C’est pour chasser d’ici les éléphants. - Mais il n’y en a aucun par là! - Vous voyez bien!”
Le langage du changement, Éditions du Seuil, 1980, note p.111

“Soyez réalistes, demandez l’impossible.”
Le langage du changement, Éditions du Seuil, 1980, p.90

4. AUTRES

“Le bonheur n’est pas gai.”
MAX OPHULS, La ronde.

“Je suis juive par ma mère, catholique par mon père et athée par la grâce de Dieu.”
FRADET Anna, Télérama n° 2631, 14 juin 2000, p. 38.

“Un homme a-t-il le droit d’épouser la soeur de sa veuve?”
ECO Umberto, Kant et l’ornithorynque, p.172, Grasset, 1997 (d’après ARNHEIM, La pensée visuelle, p.107).

“Il est minuit. La pluie fouette les vitres. Il n’était pas minuit. Il ne pleuvait pas.”
SAMUEL BECKETT, Molloy, 10/18, Christian Bourgois Éditeur, 1963, p. 234.

“Établir par la violence, une société sans violence.”
Source inconnue

“Un tailleur accroche une pancarte devant son magasin : Meilleur tailleur de la ville. La semaine suivante, un autre tailleur loue le magasin d'à coté et il se proclame : Meilleur tailleur du pays. La semaine d'après, un autre tailleurs s'installe. Sa pancarte : Meilleur tailleur de la rue.”
Histoire juive citée par YOM, clarinettiste klezmer.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL