ARTICLE

"Felice Varini et l'anamorphose élastique"

 


PLANSITE
-------SITEMAP---

 

Avril 2015

L'exposition Dynamo, un siècle de lumière et de mouvement dans l’art 1913-2013, qui eut lieu du 10 avril au 22 juillet 2013 aux Galeries nationales du Grand Palais, présentait une anamorphose de Felice Varini.
Ainsi, avant de sortir de l'expo, passant une porte donnant sur l'extérieur, vous auriez pu voir sous la colonnade des disques étoilés de rouge qui semblaient flotter dans les airs comme d'ordinaires papiers découpés suspendus au plafond.

Mais nous avons là une anamorphose. Des formes morcelées et dispersées dans la profondeur de l'espace apparaissent, d'un point de vue bien précis, ici du point de vue du photographe, comme un ensemble unique et frontal. Ainsi, deux structures formelles se superposent-elles parfaitement. La première est celle de cet ensemble de disques étoilés de rouge, tandis que la seconde, constituée de morceaux rouges disparates, dispersés sur les futs des colonnes, le plafond, les corniches, embrasures diverses et pilastres, apparaitra dès que le photographe ou bien même le badaud ébahi commencera à se déplacer dans l'espace de la colonnade. Sur ce site qui raisonne en termes plastiques, l'anamorphose est donc considérée comme relevant de la superposition équivoque. Ici, à partir d'un point de vue unique, viennent se superposer deux images : celle, illusoire, d'un dessin unique et frontal et cette autre, bien réelle, de morceaux dispersés et collés sur les différents éléments de la galerie. Ce sont ces deux images qui, par leur superposition parfaite, donnent lieu à une anamorphose, un type d'ambiguïté plastique et visuel parmi d'autres.

Varini : anamorphose, vue d'ensemble perçue du point de vue central.

 

L'ETOILE OVALE

Pourtant, la déambulation étant permise dans la galerie, certains points de vue particuliers pouvaient donner lieu à l'apparition illusoire de nouvelles formes. C'est ainsi que l'un des disques étoilés se transformait en un ovale bizarre lorsqu'il était perçu d'un point de vue biaisé. Vous penserez à juste titre que cet ovale là ne semble pas des plus continus. Pourtant, certaines lois de la
Gestalt, parfois appelées loi de clôture, de fermeture, de bonne continuité ou encore loi de colinéarité, veulent que le système perceptif ait tendance à fermer les vides, remplir les manques, poursuivre les tracés, afin que les formes ouvertes se referment sur elles-mêmes. Ainsi, d'un certain point de vue, un disque anamorphosé devient un ovale anamorphosé. Car, en dépit de la position plus marquée dans l'espace des différents morceaux, due au jeu des ombres et des lumières sur les parois, nous pouvons encore imaginer un ovale discontinu, que notre système perceptif s'empresse de clôturer afin de le voir flotter dans les airs.

 

Varini, détail d'anamorphose.

 

Voici deux exemples de loi de clôture, faciles à comprendre en ce qu'ils reprennent la technique des lignes pointillées. Votre cerveau ne peut s'empêcher de continuer les blancs et vous serez ainsi appelés à dire que vous voyez là un cercle et un rectangle, dénominations qui ne correspondent pas à la réalité matérielle des tracés.

 

Gestalt, deux croquis de la loi de clôture.

 

Mais si la loi de colinéarité peut être expliquée aussi simplement, ses effets peuvent être plus importants qu'il n'y parait. La Lévitation que vous percevrez sans doute dans le croquis présenté ci-dessous, est due à l'alignement des sommets des trois blocs. Ainsi, un simple tracé imaginaire, du à la loi de colinéarité, transforme un bloc apparemment solide en élément volant, en même temps qu'il modifie totalement l'échelonnement des volumes dans la profondeur de l'espace.
A la manière des disques de
Varini, si ces trois blocs étaient disposés dans le réel, vous verriez, de ce point de vue précis, léviter le bloc central de la même façon que vous auriez pu voir voler les Vingt-trois disques évidés du Grand Palais. De même, cette vision illusoire contreviendrait, là aussi, à la réalité matérielle des blocs, qui voudrait que le bloc central soit situé quelques mètres en arrière de ses congénères.
Mais, sur ce site qui ne parle que d'images bidimensionnelles et de matérialité des tracés, il est coutume, en lieu et place des lois visuelles de la
Gestalt, de parler pour évoquer ce phénomène d'un principe plastique nommé alignement équivoque.

 

Figure ambiguë, "Lévitation par alignement des sommets". stylo.

 

C'est ainsi que l'anamorphose de Varini donne, sans le savoir et sans le vouloir, lieu à d'autres illusions. Grâce à une simple déambulation, nous sommes donc passés de la superposition équivoque à un alignement tout aussi équivoque. Ce passage d'une catégorie plastique de l'ambiguïté spatiale à une autre catégorie n'est pas nouveau. Ceux qui veulent observer les trois catégories plastiques à l'oeuvre sur un même élément du réel en se déplaçant de quelques mètres peuvent consulter l'article consacré à la Déambulation aux trois principes plastiques de l'ambigu
Quant à nous, poursuivant notre chemin dans la galerie, nous allons trouver d'autres alignements équivoques.

LE X A RAYURES

Avec ces deux moitiés d'ovale, anamorphose d'une anamorphose de disques, le cadrage particulier permet d'obtenir un X .Vous commencez alors à comprendre l'élasticité de l'anamorphose qui, en théorie, est à percevoir d'un point de vue unique et précis. Si ce n'est que certains théoriciens oublient de préciser qu'il existe un grand nombre de points de vue uniques et précis à partir desquels il est possible d'avoir une perception ambiguë d'un même élément (voir à ce sujet l'article sur la
Déambulation aux trois contacts équivoques)
Mais à revenir à l'alignement équivoque, vous avez sans doute remarqué deux différences avec l'ovale précédent. D'une part, les écarts se sont creusés entre les aplats rouges. Et pourtant, malgré les vides de plus en plus importants, rien ne nous empêche d'imaginer la forme d'un X, peinte sur les futs à cannelures. C'est que l'alignement plastique autorise des écarts variables, écarts que le système perceptif comblera jusqu'à une certaine limite. Il en est de même avec la direction des contours. Nous voyons bien que les sommets rouges du X illusoire ne se poursuivent pas continûment. Ces variations d'orientations sont, là encore et toujours dans une certaine limite, ignorées par le système perceptif qui préfère la loi de la
bonne forme, ce principe majeur de la Gestalt qui veut qu'un ensemble apparemment informe (comme ici les aplats rouges) tendra à être perçu, par principe (et grâce à certains accommodements que nous venons d'évoquer), comme une forme simple, symétrique et stable.

 

Varini, anamorphose au point de vue décalé.

 

Nous aurions pu poursuivre nos pérégrinations à l'intérieur de cette immense anamorphose, mais nous terminerons par la vision d'une ampoule qui pourrait illuminer les plus obscurcis d'entre vous.

L' AMPOULE AU PLAFOND

Alors que certains ont une araignée au plafond, d'autres ont en bande-dessinée une ampoule au-dessus de la tête pour montrer que tout s'éclaire. Un disque peint au plafond de la galerie, ayant perdu certains de ses contours masqués par l'entablement de pierre, se voit ainsi transformé en ampoule.

 

Anamorphose de Varini au point de vue décalé.

 

Nous terminerons ce texte par quelques phrases, qui, bien que pouvant paraître sans suite ou incongrues, résument ce que nous venons de voir, d'apercevoir ou d'entrevoir.

L'anamorphose est malléable. L'anamorphose est élastique. L'anamorphose est plastique.
La déformation d'une anamorphose donne lieu à de nouvelles formes.
Si l'anamorphose des disques accepte sa transformation en ovales, celles des carrés acceptera sa transformation en trapèzes et celles des trapèzes en rectangles.
Car ce n'est pas tant la chose peinte qui compte que la chose vue. Car ce n'est pas tant la chose peinte qui compte que le point de vue.

 

 

ICONOGRAPHIE

VARINI Felice, Vingt-trois disques évidés plus douze moitiés et quatre quarts, peinture acrylique orange sur feuille d’aluminium autocollante, installation du 10 avril au 22 juillet 2013, Galeries nationales du Grand Palais.
AMBIGUES Figures, Lévitation, graphite,42x30 cm., 1991.
http://figuresambigues.free.fr/Dessin91-92/34d9192.html

WEBOGRAPHIE

http://www.varini.org/02indc/36indce13.html
Photo des Vingt-trois disques évidés plus douze moitiés et quatre quarts
http://fr.wikipedia.org/wiki/Felice_Varini
Page Wikipedia consacrée à
Varini.
http://www.grandpalais.fr/fr/article/les-creations-inedites-de-felice-varini
Video sur l'anamorphose de
Varini au Grand-Palais.
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Gestalt_ley_de_cierre.png
Croquis de la loi de clôture de la
Gestalt.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL