ARTICLE

"Des ambulations ambiguës"

 


PLANSITE------SITEMAP-----


PRÉAMBULE

En pointant notre regard sur un seul et même objet, la précédente déambulation nous a successivement placés devant les trois principes plastiques de l'ambiguïté des relations spatiales. Cette situation est essentielle en ce qu'elle confirme dans le rée la théorie évoquée dans :
Les trois points de vue ambigus sur le monde, Mais cette situation est tout aussi exceptionnelle en ce que cette successivité ne se rencontre que très rarement. Vous aurez beau marcher et marcher encore qu'il vous sera difficile d'offrir à vos yeux ébahis, en une suite logique et successive pointée sur un même élément, ces trois coïncidences plastiques que sont la superposition, l'alignement et le contact ambigus.
En revanche, de nombreuses autres déambulations permettent de mettre en évidence la profusion des contacts équivoques qu'un oeil averti peut trouver dans la réalité. Ainsi, il vous a déjà été conseillé de regarder les deux contiguïtés successives et ambiguës du
panneau Darty, Mais, la contiguïté étant ce qu'elle est, et les différents points de vue que nous pouvons avoir sur un même objet étant fort nombreux, il est possible d'augmenter la quantité des contacts équivoques d'un même élément. Cette prolifération des contiguïtés laisserait à penser que le contact équivoque est, parmi les trois principes déjà évoqués, celui qui serait le plus à même de s'inscrire dans le réel afin de tromper notre perception des relations spatiales. Abordons donc une contiguïté à la successivité étonnante.

LA MULTIPLICATION DES CHRIST(S)
En
Bretagne. il y a la chapelle de Port-Blanc. Vous plaçant du coté de l'abside, vous apercevez un christ de granit juché sur le pilier gauche d'un premier portail barré d'une pierre levée. Pour lors, rien ne vous choque de ce christ solitaire posé sur une pile. Vous décidez de longer le muret. Une première surprise vous attend

.

calvaire-ambigu-1

 

Vous commencez à perdre la raison, car vous avez l'étrange sentiment que le christ de pierre vient de se déplacer. Envolé du pilier gauche, vous l'apercevez maintenant sur le droit du portail. Maintenant aux aguets, tous vos sens éveillés, vous décidez de poursuivre votre déambulation le long du muret.

 

Calvaire-ambigu-2

 

Un second portail, dont vous aperceviez déjà une pile dénudée, s'offre maintenant à vous en sa totalité. Arrivé là, l'effarement vous gagne. Le christ de granit s'est encore déplacé : il est juché sur la pile gauche de l'entrée principale de cet enclos paroissial.

 

Calvaire-ambigu-3

 

Mais, rassurez-vous, vous auriez très bien pu être l'objet d'une nouvelle hallucination. Si le photographe avait eu assez de recul, le christ en croix, en une nouvelle et ultime vision christique, vous serait apparu sur le quatrième et dernier pilier.

LES TROUBLES DE LA VISION CHRISTIQUE
Le christ est en fait le personnage central d'un calvaire de pierre masqué, en chaque occurrence, par le muret. Calvaire central, dont nous apercevons parfois les débords du socle, et que j'ai oublié de prendre en photo. Vous ne verrez donc pas la
Vierge Marie et Saint-Jean agenouillés au pied de la colonne portant haut un christ dans les airs. Mais, ces différentes coïncidences visuelles vous auront cependant permis d'avoir plusieurs visions d'un christ lointain semblant pourtant posé au sommet de piles qui vous sont proches. Cette déambulation latérale aura donc fait de vous le spectateur, passif, consentant et contraint, de trois apparitions spatialement différentes d'un même objet.

PAGE PRÉCÉDENTE : Trois perceptions ambiguës et successives d'un même objet

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL