PlanDuSite-------
SiteMap-----

Figure impossible : "Le Pont", détail de la gravure de William Hogarth.
Analyse du Pont de la gravure de William Hogarth

AVERTISSEMENT
Cette image n'est qu'un détail de
Satire on false perspective de William Hogarth, gravure dont vous pourrez voir l'intégralité en cliquant sur le lien précédent. De même que vous pourrez, en cliquant sur le lien suivant, lire l'intégralité des erreurs de perspective imaginées par l'artiste.

 

Pour passer d’une rive à l’autre, la gravure de William Hogarth nous demande d'emprunter un pont, centre géométrique tout autant que névralgique du paysage parcouru. Ce pont est doublement présent, comme trait d’union et comme séparateur. D’un côté, il sépare en marquant la frontière entre le plan incliné de l’océan et le plan horizontal de la rivière, tandis que de l'autre, il réunit les berges du fleuve. Pourtant, malgré toute notre bonne volonté, nul ne peut affirmer la fonction de ce pont à la douteuse direction. Car si l'ensemble de l'édifice nous fait bien face, la base de la pile centrale s'avère plus éloignée que celle de la culée gauche. Ainsi, nous hésitons entre le trajet que nous sommes tentés de lui prêter pour qu’il accomplisse sa fonction de lien, et celui qu’il semble suivre de manière absurde dans la gravure. La connaissance que nous avons des ponts entre alors en conflit avec la réalité plastique de l'image qui nous est proposée. Poursuivons l’analyse de ce détail que nous appellerons le Pont de Hogarth.

Par certains côtés le Pont semble s’approcher de nous, par d’autres il s’en éloigne. Il s’approche quand il laisse apercevoir l’épaisseur gauche de ses arches, et que le chariot, qui emprunte sa chaussée, par la disposition de ses roues et la direction de ses essieux, se porte à notre rencontre. Mais cette vision là n’a rien d’anormal, si l’on considère que le point de fuite principal de l’image est situé sur la ligne de vision dans la partie droite de l’image. Ainsi, le Pont ne s’approcherait pas de nous, il serait simplement situé dans un plan frontal, ou légèrement fuyant, et nous serions placés à sa droite. Voyons maintenant l’autre versant de l’alternative : le Pont s’éloigne de nous. Cette affirmation, qui paraît correcte quand il s’agit d’imaginer le trajet normal d’une construction ayant pour but de relier ces deux berges, devient difficile à soutenir lorsqu’on s’évertue à rechercher des indices pour la conforter. Pourtant, un détail nous y invite. La pile centrale s’éloigne de nous, car son point de contact avec l’eau est plus haut dans la feuille que celui de la culée gauche. Mais, si cette pile s’éloigne, l’ensemble de la construction devrait en faire autant, et nous ne devrions pas voir l’épaisseur gauche des voûtes. Ainsi, l’erreur de perspective est patente : un cube placé à notre droite ne peut nous montrer son côté droit lorsqu’il s’éloigne vers la droite. Ce Pont qui ne peut ni s’éloigner, ni s’approcher, est donc foncièrement ambigu pour ne pas dire impossible. Pourtant, à l’intérieur de cette indécidabilité visuelle d’interprétation, quelque chose nous échappe, qui relève sans doute du niveau plastique.

Reprenons l’hypothèse du Pont qui s’éloigne du point de vue de la perspective. Parce que nous n’en voyons pas le tablier, son sommet doit être situé à hauteur de notre regard. À cause de cette coïncidence, le Pont semble donc nous faire face. Mais, à la base, l’étagement de la pile centrale au dessus de la culée nous fait supposer que toute la construction s’éloigne de nous. Malheureusement, pour plausible qu’elle est, cette hypothèse n’obéit pas aux tracés les plus élémentaires de la perspective. En posant une règle sur la gravure, nous voyons que la base de la pile centrale ne prolonge pas la ligne de base de la culée gauche. Alors, que nous devrions avoir une fuyante rectiligne qui s’élève, nous obtenons une ligne brisée qui progresse par paliers. Le Pont ajoute ainsi une ambiguïté supplémentaire à la contradiction des points de vue qui relève du niveau visuel. Le système de la représentation de l’espace de cette construction mélange de manière incohérente des notions propres à l’étagement d’une part et à la perspective fuyante d’autre part. Nous en arrivons ainsi au niveau plastique. Si le premier niveau, qualifié de sémantique (savoir si cette construction avait vraiment pour fonction de relier les deux rives), s’intéressait au sens que nous donnons aux choses, le deuxième, annoncé comme visuel, s’occupait de la vision que nous en avons (en déterminant si le Pont se rapproche ou s’éloigne de nous). Le troisième, qui nous retient ici, pourrait être qualifié de plastique en ce qu’il nous demande de définir le système de représentation qui va nous permettre tout à la fois d’offrir à la vue et de donner du sens à tout cela.

Pour l’instant, malgré toutes nos hypothèses, nous ne sommes donc pas en mesure de déterminer si ce Pont fait partie de la catégorie des faux recouvrements ou de celle des fausses diminutions. D’un côté, nous avons une fausse diminution qui voit un Pont, situé dans un plan frontal, nous montrer des piles diminuer de taille (alors que celle-ci devrait rester constante). Et de l’autre, nous sommes en présence d’un faux recouvrement qui nous présente des piles que l’eau submerge de manière croissante. Nous en resterons là, car, dans l’état actuel de nos modèles d’analyse, rien ne permet de lever cette ambiguïté constituée de deux impossibilités, aussi crédibles l’une que l’autre.

NOTA BENE
Cette indécision a été levée postérieuremet à la rédaction de ce texte. Vous êtes donc invités à voir l'analyse d'un pont similaire en cliquant sur le lien suivant :
Pont de B.

 

 

ADDENDUM 1
Vous pouvez voir d'autres dessins de
Ponts impossibles accouplés à des escaliers du même nom en cliquant sur le lien ci-avant.
ADDENDUM 2
Avec le
Pont de Maincy, mais pour des raisons différentes, Cézanne a, semble-t-il, commis un autre édifice impossible. Malgré l'horizontalité de leur base, les piles s'étagent dans la hauteur de la toile, de la gauche vers la droite, s'échelonnant ainsi dans la profondeur de l'espace, en dépît de la frontalité de la construction. C'est ainsi que le tablier du pont, perçu en vision presque frontale, a bien du mal à réunir les deux culées, au point que certains pourraient imaginer être là devant un pont tournant. Mais, en cette toile le réseau des verticales et des horizontales prime sur cette représentation apparemment réaliste. Seules les obliques frontales de quelques branches et de la culée gauche échappent à cette grille, sans pour autant marquer la moindre profondeur.

 

Une figure impossible dans "Le Pont de Maincy" de Cézanne.

 

ICONOGRAPHIE
CÉZANNE Paul
, Pont de Maincy, vers 1879, huile sur toile, 58,4 x 72,4 cm., musée d'Orsay, Paris.
http://www.musee-orsay.fr/fr/collections/catalogue-des-oeuvres/notice.html?no_cache=1&nnumid=000797&cHash=062f4cdf9a
Vous pouvez cliquer sur l'image (de mauvaise qualité et qu'il vaut mieux donc voir de visu) pour l'agrandir.

BIBLIOGRAPHIE
HOGARTH William, Satire on False Perspective, gravure sur cuivre, 1754, frontispice du livre de :
KIRBY John Joshua, Dr Brook Taylor's Method of Perspective made easy, both in Theory and Practice, Londres, 1754.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL