Cheminées, rue du Chevaleret, Paris,
Cheminees-Hlm
precedent suivant


PLANSITE-----SITEMAP----

 

Vous promenant rue du Chevaleret, non loin des arches métalliques du pont de Tolbiac disparu, vous pourriez, levant les yeux au ciel afin de guetter l'averse prochaine, contempler ces cheminées au curieux parcours. Un mécanicien verrait là une suite de clés à pipe rangées sur leur portant. Un ignorant des choses de la mécanique se contenterait de remarquer les deux angles droits permettant aux conduits de venir cracher leur fumée au beau milieu du sommet de l'immeuble après en avoir longé, de façon apparemment bien inutile, la terrasse.
Puis, se retournant pour revenir au pont qui, bien que disparu, continue de hanter sa mémoire, ce même promeneur retrouverait les mêmes cheminées tarabiscotées à l'autre extrémité de l'immeuble. Pourtant, en dépit de ce que ses yeux ont pu lui laisser croire, ces deux visions sont fausses.

 

Cheminee-Balcon

 

Car, malgré tout ce que vous pouvez et pourrez jamais voir en ces photos, ces cheminées, en dépit de leurs coudes, se dressent vers le ciel, en suivant une verticale qui, si elle n'est pas rectiligne, ne les en éloigne pas moins irrémédiablement de la terrasse de l'immeuble.
C'est au principe de l'alignement plastique que nous sommes redevables des errements de notre jugement. Mais, à la différence de l'alignement équivoque habituel qui, en faisant se poursuivre des lignes différentes le long d'un même tracé, donne l'illusion de les poser sur un même plan malgré leur éloignement (voir l'
Escalier) ou de les orienter dans une même direction malgré leur divergence (voir le Hangar), nous avons là un alignement par parallélisme. C'est en constatant le parallélisme des conduits de cheminée et de la corniche de l'immeuble, que nous sommes amenés à imaginer une direction commune dans l'espace pour ces deux plans. Pourtant, ce parallélisme ne relève que d'une simple coïncidence de point de vue. À la manière des deux croquis présentés ci-dessous.

 

x33b2Alignement-Diamant

 

Bien que celui de gauche aligne le long d'un tracé discontinu la base et les sommets de ses trois blocs, il n'en demeure pas moins que le parallélisme apparent des cotés du volume central avec les cotés des blocs qui l'entourent participe pour beaucoup à son relèvement à la verticale, à un changement d'orientation (lire l'analyse complète). Phénomène que nous constatons dans le réel avec les cheminées.
Pire, le croquis suivant ne connaît que des alignements de parallèles (lire
l'analyse complète). Cette fois aucun coté du cube central ne semble prolonger une ligne quelconque du volume qui l'enserre. Pourtant, l'accumulation des parallélismes apparents suffit à faire venir flotter le cube au beau milieu du bloc principal, alors que sa place, en vertu des lois de la gravité, devrait être au sol, loin en arrière de ce bloc.

Pour terminer, il ne reste plus qu'à présenter le véritable trajet des cheminées en cause. Trajet logique et ordinaire que l'on peut admirer de n'importe quel point de vue autre que celui, unique et particulier, qui avait été choisi pour prendre les deux photos déjà vues.

 

Cheminees-Normales

 

ADDENDUM
Vous pensez que tout cela est bien compliqué. Et en dépit de la profusion des points de vue, vous avez toujours du mal à évaluer les véritables orientations de ces conduites de fumée. Ce n'est rien ! Si vous avez la curiosité d'aller voir la page intitulée
Les trois ambigus, qui s'intéresse, elle-aussi, aux tuyaux, conduits, tubulures et autres cylindres fonctionnels, vous réaliserez que tout cela n'était qu'une vague introduction aux ambiguïtés spatiales.

 

 

 

RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR À L'ACCUEIL

precedent suivant